Africa Defense Forum

L’Angola accueille un exercice de préparation médicale

0

PERSONNEL D’ADF

Le personnel militaire clinicien angolais et l’Armée de terre des États-Unis ont lancé un exercice de préparation médicale (MEDREX) conjoint de onze jours le 8 novembre à Luanda.

C’est le premier de six exercices de préparation médicale planifiés pour l’année fiscale 2023 par la SETAF-AF (Southern European Task Force, Africa – Force opérationnelle d’Europe du Sud pour l’Afrique).

Le Dr Filomena Buruti, général de brigade et directrice de l’hôpital militaire principal/institut supérieur de médecine de l’Angola, a exprimé sa gratitude pour pouvoir héberger cet événement.

« C’est un exercice très important parce que c’est la première fois que l’exercice a lieu en Angola », a-t-elle déclaré lors de la cérémonie d’ouverture.

Le MEDREX permet aux cliniciens militaires des pays partenaires de travailler ensemble et de mettre en commun leurs meilleures pratiques, procédures et techniques.

Des membres du personnel médical de l’Armée de terre de l’Angola parlent avec le capitaine Claudia McDermott (à droite) pendant le MEDREX le 9 novembre à l’hôpital militaire principal de Luanda. SERGENT-CHEF DAVE THOMPSON/ARMÉE DE TERRE DES ÉTATS-UNIS

« Son objet est de créer des effectifs médicaux qui soient préparés, et de renforcer la coopération qui existe déjà entre l’Angola et les États-Unis, a-t-elle dit. Ceci portera certainement ses fruits pour les deux équipes médicales. »

« Nos remerciements les plus sincères aux forces armées des États-Unis. Au cours des deux prochaines semaines, notre but sera d’améliorer l’état de préparation médicale de nos forces armées et de renforcer l’excellent partenariat entre l’Angola et les États-Unis. »

Des équipes de l’Armée de terre des États-Unis et des cliniciens militaires professionnels angolais ont fourni des soins médicaux aux patients de la communauté. Ils ont offert un grand éventail de services en intervention chirurgicale générale, anesthésiologie, procédures de salle d’opération, obstétrique, gynécologie et soins en salle d’urgence.

Le général Michael E. Langley, nommé en août dernier sixième commandant de l’état-major unifié des États-Unis pour l’Afrique, a participé à la deuxième journée du MEDREX.

Il a rendu visite à l’hôpital militaire principal/institut supérieur de médecine en compagnie du Dr Buruti et d’Alberto De Almeida, directeur des services de santé pour les forces armées angolaises, et a évoqué l’importance des exercices conjoints.

« Ce MEDREX démontre la valeur de notre coopération bilatérale entre nos deux pays. La mise en commun de nos aptitudes professionnelles dans la profession médicale. Il démontre aussi votre engagement à fournir aux gens des soins médicaux de qualité. »

Un membre du personnel médical angolais (à gauche) aide à effectuer une intervention chirurgicale sur un patient angolais avec le personnel clinicien américain pendant le MEDREX le 9 novembre à l’hôpital militaire principal de Luanda. SERGENT-CHEF DAVE THOMPSON/ARMÉE DE TERRE DES ÉTATS-UNIS

Le but du MEDREX consiste à aider les forces armées angolaises à accroître leur capacité de traitement tout en partageant les meilleures pratiques et l’expertise technique avec le personnel américain. Les exercices créent aussi la bonne volonté entre le public et les deux forces armées.

Le major-général Todd Wasmund, commandant de SETAF-AF, a déclaré lors de la cérémonie d’ouverture : « Nous avons un intérêt partagé à promouvoir une Afrique sûre, stable et prospère. Le programme MEDREX en est une composante importante, dans laquelle nos efforts aux côtés de nos partenaires africains relèvent des défis médicaux complexes. »

« L’importance de ces efforts est considérable. »

Des cliniciens professionnels de l’Armée de terre des États-Unis ont travaillé aux côtés de leurs homologues angolais et découvert qu’ils ont appris les uns des autres et, ce faisant, ont forgé des liens.

Le major Ryan Holland, chef du bureau de la coopération en matière de sécurité à l’ambassade des États-Unis en Angola, a exprimé l’honneur ressenti par les États-Unis pour son partenariat avec l’Angola lors de son premier MEDREX.

Il a déclaré lors de la cérémonie d’ouverture : « Cet exercice est un autre fait saillant de notre partenariat qui a commencé avec une assistance pour contrôler et traiter le VIH/sida il y a près de 20 ans, et qui a contribué plus de 600 millions de dollars pour renforcer le secteur de la santé durant cette période. »

« La coopération médicale est un pilier de notre relation bilatérale et un aspect crucial des efforts de notre nation pour promouvoir la prospérité, la sécurité et la bonne gouvernance. »

Leave A Reply

Your email address will not be published.