Africa Defense Forum

La Côte d’Ivoire ouvre une académie de lutte contre le terrorisme pour stopper l’avancée des extrémistes

Reading Time: 4 minutes

PERSONNEL D’ADF

En février 2020, les chefs des groupes terroristes du Sahel se sont réunis dans la région centrale du Mali pour une rare rencontre face à face. Selon le service de renseignements français, les chefs d’Al-Qaïda au Maghreb islamique, du Groupe de soutien de l’Islam et des Musulmans (connu par l’abréviation JNIM en langue arabe) et du Front de libération du Macina ont parlé d’un objectif commun : l’expansion.  Ils avaient l’intention d’élargir leur champ d’action vers le golfe de Guinée, et l’un des premiers pays qu’ils ciblaient serait la Côte d’Ivoire.

Ce plan a produit rapidement des résultats meurtriers. En juin 2020, les extrémistes ont pris d’assaut un poste de sécurité à Kafolo, où dix soldats ont trouvé la mort. En 2021, au moins sept attaques ont été attribuées à des groupes terroristes en Côte d’Ivoire le long de la frontière avec le Burkina Faso.

« L’État de Côte d’Ivoire doit anticiper la crise », déclare Savadogo Mahamoudou, expert de l’extrémisme violent, lors d’une conférence à l’Institut supérieur de management des risques du Burkina Faso. « Il faut déjà ne pas commettre les erreurs qu’ont commises les pays du Sahel. C’est-à-dire en équipant et en formant correctement ses Forces de défense et de sécurité. »

AFP/GETTY IMAGES

Le mois dernier, la Côte d’Ivoire a envoyé un message explicite selon lequel elle était prête au combat. Le 10 juin, elle a organisé une cérémonie pour inaugurer l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT). Le campus de 1.100 hectares est situé à 50 km d’Abidjan. Il comprend une école pour les responsables gouvernementaux, un centre de formation pour les forces spéciales et un institut de recherche.

« L’AILCT sera l’avant-garde de la riposte d’une Afrique de l’Ouest libre et consciente, spécialement entraînée et irrémédiablement déterminée », a déclaré le Premier ministre ivoirien Patrick Achi pendant la cérémonie.

Le programme de formation antiterroriste a été créé par le président ivoirien Alassane Ouattara et le président français Emmanuel Macron en 2017. Depuis lors, il a formé 500 professionnels de la sécurité provenant de 15 pays africains. Les nouvelles installations auront des modules de formation pour la police, les forces armées, les responsables des douanes et les administrateurs des établissements pénitentiaires.

Les responsables ont souligné que ses portes seraient ouvertes à toutes les forces de sécurité de la région.

« L’AILCT doit devenir un pôle d’expertise et de compétence régional de la lutte contre le terrorisme au bénéfice de la stabilité de nos États et de la sécurité de nos populations », selon M. Ouattara.

À partir de la gauche : l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire Jean-Christophe Belliard, le ministre ivoirien de la Défense Téné Birahima Ouattara, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et le Premier ministre ivoirien Patrick Achi coupent le ruban lors de l’inauguration de l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme en Côte d’Ivoire. AFP/GETTY IMAGES

Les sponsors ont fait don de 27 millions de dollars pour la première phase de l’académie ; 45 millions de plus sont anticipés pour la deuxième phase. Lorsqu’elle ouvrira ses portes, l’AILCT pourra former trois groupes de 25 étudiants en même temps.

Cette formation est nécessitée de toute urgence. La cérémonie a eu lieu trois jours après l’attaque d’un poste de sécurité par des extrémistes dans la ville de Tougbo au Nord du pays. Un soldat ivoirien a trouvé la mort. L’attaque était la troisième dans cette région sur une période de deux mois.

Les experts déclarent que les groupes extrémistes cherchent à profiter des ressentiments des civils dans l’extrême-Nord afin de les retourner contre le gouvernement.

« Le Nord de la Côte d’Ivoire commence à être sous l’emprise des groupes djihadistes. Cette région constitue un enjeu important de sécurité pour l’État ivoirien », a déclaré l’expert antiterroriste ivoirien Lassina Diarra à l’Agence France-Presse.

Relever ce défi nécessitera une approche multidimensionnelle qui ira plus loin que la confrontation militaire. Les terroristes cherchent à exploiter les problèmes tels que la violence intercommunale et profiter de l’absence de l’état et du manque d’opportunités économiques. Le Nord possède des liens linguistiques et culturels avec le pays voisin du Burkina Faso, ce qui permet aux groupes qui y sont basés de franchir la frontière pour recruter. « C’est tous ces facteurs qui font que cette menace est en train de progressivement s’installer vers les pays côtiers et bien facilitée par les groupes armés terroristes qui créent des couloirs et les zones de confort dans ces pays-là », déclare M. Mahamoudou.

Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, déclare qu’il espère que l’académie servira de forum pour échanger des idées et des expériences entre les professionnels de la sécurité afin d’approfondir la compréhension des problèmes régionaux.

« Le fléau du terrorisme n’est pas une fatalité ni en Afrique ni ailleurs », a déclaré M. Le Drian pendant la cérémonie. « C’est une menace qu’il nous faut combattre. … Nous le faisons avec cohérence et pragmatisme, en mobilisant les meilleurs spécialistes dans des infrastructures optimales. Nous savons que nous sommes responsables pour combattre cet ennemi commun. »

Leave A Reply

Your email address will not be published.