Africa Defense Forum

Le « train de l’espoir » combat le virus dans la campagne

Reading Time: < 1 minute

AGENCE FRANCE-PRESSE

Des douzaines de résidents locaux attendent impatiemment alors que le train fait une halte dans une station d’une région rurale éloignée de la province côtière du Cap-Oriental en Afrique du Sud.

Ce qui est appelé le train de l’espoir est arrivé pour fournir le dépistage du Covid-19 dans l’un des points sensibles du virus en Afrique du Sud, dans une clinique mobile spécialement pourvue. À la mi-juin 2020, le Cap-Oriental enregistrait 14 % des infections de Covid-19 d’Afrique du Sud. Depuis le premier cas signalé le 5 mars, le pays le plus industrialisé d’Afrique a enregistré le plus grand nombre de cas positifs du continent.

Le train fonctionnait précédemment comme installation pour services généraux de santé, qui offrait des services dentaires, oculaires et de counseling dans plus de 70 des communautés rurales d’Afrique du Sud. Ce train financé par l’état a été réaffecté en tant que locomotive d’« espoir » dans le combat de l’Afrique du Sud contre le virus. 

Le train, appelé normalement Phelophepa, c’est-à-dire « bonne santé propre » dans les langues sotho et tswana, traverse le pays pendant 9 mois chaque année.

« Nous avons suspendu les services du Phelophepa et nous traitons maintenant uniquement le problème du Covid-19 », déclare Bheki Mendlula, chef de train. 

« Je réalise soudain maintenant que le corona[virus] est réel et je pense que je devrais connaître mon état, savoir si je suis sécurisée ou non », déclare Sinisipho Nxojelwa avant de se soumettre au dépistage.

Elle se préoccupe que sa tante, infirmière qui vit avec sa famille, pourrait ramener l’infection de son travail à la maison. 

Les responsables de la santé ont mobilisé des dizaines de milliers de bénévoles à la recherche des cas positifs de Covid-19.

Leave A Reply

Your email address will not be published.