Africa Defense Forum

Combien de temps dure la protection du vaccin ?

Reading Time: 3 minutes

PERSONNEL D’ADF

Près de 18 mois après la première apparition du Covid-19 à Wuhan (Chine), les chercheurs apprennent toujours de nouvelles choses sur le virus et les vaccins développés pour le combattre. Parmi les questions que les scientifiques souhaitent élucider : pendant combien de temps les vaccins protègent-ils contre le virus ?

Une étude publiée dans le journal Science a examiné la réponse immunitaire des personnes infectées par le Covid-19. Sa conclusion est que la protection dure au moins pendant six mois, et peut-être jusqu’à huit mois, à mesure que l’immunité se dissipe après l’infection initiale.

Cette étude a examiné les diverses composantes du système immunitaire : les cellules B, les cellules T et autres. Celles-ci constituent la « mémoire » du corps, lui permettant de reconnaître une maladie et de la combattre à l’avenir.

Après l’infection initiale, la réponse immunitaire du corps culmine au bout de 20 jours environ, puis elle diminue à un niveau où elle offre une immunité régulière. Puisque le Covid-19 est une nouvelle maladie, la durée exacte de cette immunité demeure incertaine. Jusqu’à présent, la période maximale observée est de huit mois.

La vaccination fournit une façon sécurisée de simuler une infection. Grâce à elle, la réaction immunitaire du corps est amorcée sans nécessité de contracter naturellement la maladie.

Dans certains cas, le vaccin fournit une immunité plus forte que l’infection réelle. Étant donné l’immunité qui accompagne l’infection du Covid-19, les chercheurs pensent que l’immunité obtenue par vaccination dure pendant environ la même période.

« Il existe un grand nombre de constituants différents du système immunitaire qui reconnaissent le virus », a déclaré Daniela Weiskopf, co-auteur de l’étude et chercheuse à l’institut d’immunologie de La Jolla (Californie), au Washington Post.

Ces nombreux constituants devraient aussi protéger contre les mutations du virus telles que les souches B.1.17 et B.1.135 qui se propagent dans beaucoup de pays africains.

« Si donc vous êtes infecté par une mutation, elle n’échapperait pas à tous ces constituants différents », a déclaré le professeur Weiskopf.

Puisque les vaccins du Covid-19 ont été distribués de toute urgence, les scientifiques n’ont pas pu conduire le type d’études triphasées à long terme qu’ils conduisent en général pour les vaccins. Ils apprennent donc toujours la façon dont les vaccins du Covid-19 fonctionnent dans le corps humain et, en fait, la période pendant laquelle ils sont bénéfiques.

Pour le moment, il semble probable que les gens devront recevoir des injections annuelles de rappel pour maintenir leur immunité au Covid-19, selon les experts de la santé publique.

Avec près de 100 vaccins du Covid-19 à divers stades de développement, les scientifiques continueront à attaquer le virus avec de nouvelles méthodes.

« L’immunité due au vaccin peut parfois être plus forte et plus durable, mais cela est loin d’être toujours le cas, et donc avec les vaccins du Covid-19 la question n’est pas encore réglée », écrit la rédactrice scientifique Priya Joi sur le blog de Gavi, l’Alliance du Vaccin.

Une chose est sûre : les vaccins protègent les gens contre les symptômes graves et, jusqu’à présent, empêchent les gens de mourir du Covid-19, sans exception.

C’est pour cette raison que les responsables de la santé publique comme John Nkengasong, directeur des Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies, continuent à exhorter les gens à se faire vacciner contre le Covid-19. Toute vaccination est mieux qu’une absence de vaccination, comme le répète le Dr Nkengasong.

Même si l’immunité complète diminue en fonction du temps, le corps reste prêt à combattre le virus, ce qui rend moins graves les réinfections futures, comparé aux personnes qui n’ont jamais été vaccinées, selon l’étude.

« Même si les niveaux d’anticorps diminuent et que vous êtes réinfecté ou vous êtes infecté par un variant, les cellules B à mémoire (si vous en avez suffisamment) répondront très rapidement et empêcheront les cas graves de la maladie », a déclaré David Topham, professeur de microbiologie et d’immunologie à l’université américaine de Rochester, au Washington Post.

Leave A Reply

Your email address will not be published.