Africa Defense Forum

Les chercheurs africains souhaitent accroître le rôle du continent dans la recherche des traitements contre les maladies

Reading Time: 3 minutes

PERSONNEL D’ADF

Parmi les plus de 2.000 essais pharmaceutiques que les scientifiques ont conduit depuis le début de la pandémie du Covid-19, 150 seulement ont été entrepris en Afrique.

Ceci reflète la continuation d’une tendance historique selon laquelle les Africains sont sous-représentés depuis des décennies dans les essais cliniques. Seulement 2 % des essais de médicament, sur un total de plusieurs milliers dans le monde, sont effectués en Afrique chaque année.

Toutefois, cette situation semble changer, en partie à cause de la pandémie de Covid.

Une grande partie des recherches entreprises sur le continent sont axées sur les maladies telles que le paludisme, la tuberculose et le VIH.

Les experts de la santé déclarent qu’il faut faire davantage pour tester la réponse des Africains aux traitements des autres maladies, y compris le cancer qui tue maintenant plus d’Africains que le paludisme. Les Africains ont des taux élevés de cancer du col utérin et de la maladie de Kaposi, qui sont tous les deux liés à des infections.

Jenniffer Mabuka-Maroa, experte en santé à l’Académie africaine des sciences, a déclaré au journal médical The Lancet : « Nous avons une immense population de 1,2 milliard de personnes, plus que celles d’Amérique du Nord et d’Europe combinées. Et il se trouve que cette population est aussi très diversifiée génétiquement et soumise à des expositions environnementales uniques qui influencent les réponses corporelles aux médicaments et aux vaccins. »

La dimension physique et la diversité génétique de l’Afrique rendent de plus en plus important le rôle plus grand que les Africains pourraient jouer dans les essais cliniques, selon les experts de la santé publique.

« Il est difficile de généraliser les résultats cliniques pour un continent entier », a déclaré Bartholomew Dicky Akanmori, conseiller de recherche sur les vaccins et de réglementation au bureau régional africain de l’Organisation mondiale de la santé.

La pandémie a suscité un souhait de conduire une recherche médicale plus poussée en Afrique, alors que les chercheurs et les professionnels de la santé cherchent des façons de réduire l’impact des vagues d’infection.

Israël a récemment annoncé des plans pour tester un nouveau médicament oral contre le Covid-19 en Afrique du Sud. Les chercheurs espèrent que cette méthode de livraison encouragera les gens qui jusqu’à présent ont refusé les autres traitements à se protéger contre la maladie.

Les labos de recherche africains conduisent aussi une série d’essais conçus pour chercher des traitements contre le Covid avec des médicaments utilisés couramment sur le continent. L’espoir est de trouver des alternatives aux traitements coûteux tels que les anticorps monoclonaux, qui sont utilisés ailleurs dans le monde.

Mais ce n’est pas toujours facile. Au Nigeria, un essai appelé NACOVID a dû être abandonné lorsque les chercheurs n’ont pas pu recruter suffisamment de patients.

« Certains patients ont refusé de participer à l’étude lorsqu’ils ont été contactés, tandis que d’autres qui avaient accepté ont abandonné en plein milieu des essais », a déclaré Adeola Fowotade, virologue clinique de l’hôpital du Collège universitaire d’Ibadan, au magazine Nature.

L’expérience de NACOVID représente un problème plus large, selon Adeniyi Olagunju, l’investigateur principal. Lorsqu’ils ne conduisent pas d’essai de médicament, les Africains ne bénéficient pas lorsque le moment arrive de distribuer les traitements produits par ces essais, déclare le Dr Olagunju à Nature.

La désinformation et le manque de confiance peuvent interférer avec les tentatives de recrutement pour les essais de médicament. Il en est de même des problèmes d’infrastructure de base tels que le manque de laboratoires, de fabricants de médicaments, et de réglementation pour assurer que les essais soient conduits de façon éthique.

Au moins une étude sur le Covid-19 en Égypte au début de la pandémie a dû être interrompue à cause des préoccupations concernant la méthodologie et les questions d’éthique sur la façon dont les sujets de l’étude avaient été recrutés.

Les officiels ont créé le Consortium africain des essais cliniques en 2017 pour essayer de faire face aux questions de recherche sur le continent.

Une partie du mandat du consortium vise à développer la capacité du continent pour conduire des essais qui soient conformes aux normes mondiales et pour accélérer le calendrier des essais cliniques en Afrique.

La qualité et la rapidité sont toutes les deux cruciales pour découvrir des solutions africaines aux maladies qui affectent le continent, déclare le Dr Tom Nyirenda du partenariat Europe-Pays en développement pour les essais cliniques.

« Vous ne pouvez pas obtenir une qualité et une rapidité suffisantes si vous n’avez pas suffisamment de sites qui sont compétents pour répondre aux questions de recherche et fournir des preuves qui peuvent être utilisées pour des interventions », déclare le Dr Nyirenda.

Leave A Reply

Your email address will not be published.