Africa Defense Forum

L’angola Avance Vers Un Futur Sans Mines

Reading Time: 2 minutes

PERSONNEL D’ADF

Après trente ans de guerre civile, l’Angola reste victime d’un héritage mortel : les mines terrestres. Bien que les combats aient pris fin en 2002, l’Angola reste l’un des pays les plus minés du monde. Les explosions de mine terrestre ont tué 76 personnes en 2019.

On estime que le cinquième de la population du pays vit dans des zones minées, ce qui affecte tous les aspects de leur vie.

« Non seulement les mines tuent et mutilent les gens innocents, mais elles éloignent aussi les communautés des nécessités de base telles que les sources d’eau, les routes de voyage et les terres productives qui sont cruciales pour les cultures et le pâturage du bétail », déclare le groupe de déminage APOPO.

Le pays a pour objectif d’éliminer toutes les mines en 2025 et il a fait beaucoup de progrès en éliminant et détruisant près de 10.000 engins explosifs en 2019. Mais il y a eu des retards à cause de la perte de revenus liée à la baisse des cours du pétrole et la récession économique provoquée par le Covid-19.

Pour aider l’Angola à atteindre son but, les États-Unis donnent 11,1 millions de dollars pour le déminage et la gestion des stocks d’armes. Depuis 1995, les États-Unis ont contribué 145 millions pour atteindre ces objectifs en Angola.

« Vingt-cinq années de soutien engagé de la part des États-Unis pour le déminage humanitaire ont conduit à la destruction de plus de 218.000 mines terrestres et autres dangers d’explosion, et au retour sécurisé de plus de 463 kilomètres carrés de terrain au peuple d’Angola », a déclaré Nina Marie Fite, ambassadrice des États-Unis en Angola.

Une partie de ces fonds aidera à réhabiliter et construire seize installations de stockage pour les armes et les munitions et à former des experts dans la gestion des stocks. Depuis 2006, les États-Unis ont aidé l’Angola à détruire près de 108.000 armes excédentaires et 588 tonnes de munitions obsolètes et non nécessaires.

HALO Trust, l’un des groupes aidés par ce financement, a recruté et formé des équipes de déminage entièrement féminines dans le pays. Le projet HALO des 100 femmes de déminage offre une responsabilisation et des opportunités aux femmes vivant dans des zones à faibles revenus, dont beaucoup sont mères célibataires.

« Nous faisons une énorme différence dans la communauté parce que les gens peuvent vivre leur vie. Ils sont beaucoup plus heureux parce qu’ils se sentent en sécurité », déclare Rita Kassova Kachiponde, démineuse, dans une vidéo de HALO Trust. « Je serai très heureuse lorsque l’Angola n’aura plus de mines. »

Leave A Reply

Your email address will not be published.