Africa Defense Forum

L’UA s’efforce d’augmenter la production de vaccin

Reading Time: 3 minutes

PERSONNEL D’ADF

La grande majorité des médicaments utilisés en Afrique sont importés, y compris 99 % de tous les vaccins. La pandémie du Covid-19 a exposé ce fait comme un problème majeur, parce que le continent doit compter sur les fournisseurs étrangers pour des cures salvatrices.

Déterminée à créer une solution locale au manque de vaccin du Covid-19, l’Union africaine (UA) a annoncé le 13 avril un partenariat pour renforcer la recherche, le développement et la fabrication avec des plans pour construire cinq centres de recherche sur le continent dans un délai de quinze ans.

Un autre but ambitieux consistera à fabriquer 60 % des vaccins africains en 2040.

Le Dr John Nkengasong, directeur des Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC africains), a déclaré lors d’une conférence au sommet virtuelle : « Nous sommes conscients que c’est un défi. Si l’Afrique ne prévoit pas de faire face à ses besoins de sécurité de vaccin aujourd’hui, il est absolument certain que nous échouerons. »

L’UA rejoint dans cette entreprise la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI), qui aide à gérer le mécanisme de partage des vaccins COVAX avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le Dr Nkengasong a déclaré : « Un partenariat de confiance sera crucial pour faire avancer le programme de fabrication des vaccins sur le continent. Le partenariat avec CEPI symbolise la coopération et la collaboration pour aider à répondre aux menaces des maladies infectieuses et assurer la sécurité clinique de l’Afrique. »

Les cinq centres seront établis en Afrique du Nord, Afrique australe, Afrique de l’Est, Afrique de l’Ouest et Afrique centrale au cours des 10 à 15 prochaines années. La Banque d’exportation et d’importation d’Afrique et la Corporation de financement d’Afrique se sont engagées à contribuer au financement.

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, a mis l’accent sur les besoins africains à court terme et à long terme.

« La pandémie a montré que la capacité de fabrication mondiale et les chaînes d’approvisionnement ne sont pas suffisantes pour livrer les vaccins et les autres produits essentiels de santé rapidement et équitablement là où on en a le plus besoin », a-t-il dit lors de la conférence au sommet. « C’est pourquoi il est très important de développer la capacité de production de vaccin en Afrique. »

En date du 27 avril, le continent avait enregistré 4.527.169 cas positifs de Covid-19 et 120.874 décès, selon les CDC africains.

L’OMS signale que 47 pays africains sur 54 ont commencé leur campagne de vaccination, dont 41 à l’aide de COVAX. Sur un continent de plus de 1,2 milliard d’habitants, l’Afrique a toutefois administré seulement 18.241.497 doses, selon le tableau de bord de vaccination de l’OMS actualisé le 28 avril.

Six pays seulement ont reçu plus de 1 million de doses du vaccin. À l’exception du Maroc et des pays insulaires de Maurice et des Seychelles, les pays africains ont administré moins de quatre doses pour chaque 100 personnes.

Une énorme hausse de cas positifs et de décès en Inde a aggravé le problème de l’approvisionnement africain en vaccin. Beaucoup de pays comptaient sur les doses obtenues par COVAX auprès du Serum Institute of India, mais l’épidémie qui s’est déclarée là-bas a conduit le gouvernement à limiter et retarder les exportations.

Le but de l’UA était de vacciner 30 à 35 % de la population du continent avant la fin de cette année, selon le Dr Nkengasong.

« Si les retards [en Inde] continuent, j’espère que ce ne sont que des retards, pas une interdiction, déclare le Dr Nkengasong. Ce serait catastrophique pour notre programme de vaccination. »

Alors que le défi de réalisation de l’immunité grégaire est remis à plus tard en 2022, les leaders tels que le président Paul Kagame du Rwanda se concentrent sur la résolution du problème de l’approvisionnement en vaccin à l’avenir.

« L’égalité du vaccin ne peut pas être garantie simplement par la bonne volonté, a-t-il dit à la conférence. L’Afrique doit et devrait pouvoir produire ses propres vaccins et ses produits médicaux. »

Leave A Reply

Your email address will not be published.