Africa Defense Forum

Les États-Unis rejoignent la lutte contre la famine au Nigeria

Reading Time: 3 minutes

PERSONNEL D’ADF

Il existe une crise de famine croissante au Nigeria et la pandémie du Covid-19 ne fait que l’empirer.

C’est pourquoi l’Agence américaine pour le développement international (USAID) a lancé le 12 avril le Défi de la sécurité alimentaire pour le Covid-19.

Cette initiative accordera 3 millions de dollars sous forme d’assistance financière et technique à deux catégories d’entreprises qui travaillent déjà dans la production, le traitement et la distribution alimentaires : les entreprises gérées par des jeunes (jusqu’à 29 ans) et les sociétés en phase intermédiaire qui ont au moins 1.000 clients.

L’idée du défi consiste à soutenir les innovateurs qui combattent l’insécurité alimentaire, a déclaré Anne Patterson, directrice de mission de l’USAID.

« Cette assistance encourage les solutions gérées par le secteur privé pour augmenter la production et le traitement alimentaires et créer des liens de marché le long de la chaîne de valeurs agricole de façon durable dans l’ensemble du Nigeria », dit-elle.

Le programme, qui accepte les candidatures jusqu’au 9 mai, accordera à 15-25 entreprises gérées par des jeunes un maximum de 75.000 dollars chacune et octroiera à 10-15 sociétés en phase intermédiaire jusqu’à 150.000 dollars chacune pour étendre rapidement leurs opérations, aider à atténuer les effets du Covid-19 sur la chaîne alimentaire du Nigeria et améliorer la résilience des ménages vulnérables.

« La pandémie a perturbé considérablement les chaînes de valeurs déjà fragiles du pays, y compris la capacité de produire, traiter et distribuer la nourriture, déclare l’USAID. La perturbation de la productivité agricole et des marchés a un impact négatif indirect sur les moyens de subsistance, en particulier chez les ménages les plus vulnérables. »

Le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique, possède aussi la plus large économie du continent. Mais environ 40 % des plus de 206 millions de Nigérians vivent dans la pauvreté, condition qui conduit au découragement des jeunes et permet aux organisations extrémistes islamiques de les recruter.

« Les ménages du Nord-Est, région la plus affectée par le conflit avec le Boko Haram, continuent à s’engager dans des activités de subsistance limitées, dépendent principalement de l’aide humanitaire pour leur nourriture, et ont des opportunités de revenus limitées », selon le rapport situationnel de février de Famine Early Warning Systems Network [Réseau des systèmes d’alerte précoce de famine] de l’USAID.

« Les ménages, surtout dans certaines régions de l’État de Borno, qui restent dans des zones qui ne sont pas accessibles aux acteurs humanitaires et consomment des aliments sauvages avec des réserves de vivre faibles ou inexistantes, affrontent de fortes carences dans la consommation des aliments et sont dans un état d’urgence [en ce qui concerne la sécurité alimentaire]. »

En octobre 2020, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture et son Programme alimentaire mondial ont sonné l’alerte la plus élevée pour une action humanitaire urgente dans le Nord du Nigeria à cause du risque de famine. Les groupes ont averti que 13 millions de personnes pourraient affronter une insécurité alimentaire aiguë plus tard pendant l’été si l’aide alimentaire et le soutien ne sont pas augmentés.

Dans une étude du 10 mars publiée dans l’African Development Review, deux professeurs en sciences sociales de l’université Obafemi Awolowo à Ilé-Ifé (Nigeria) ont examiné la sécurité alimentaire des ménages de leur pays pendant la pandémie.

Cleopatra Oluseye Ibukun et Abayomi Ayinla Adebayo ont écrit : « Les statistiques montrent que seulement 12 % des ménages possèdent la sécurité alimentaire, 5 % sont sujets à une insécurité alimentaire légère, 24,5 % à une insécurité alimentaire modérée et plus de la moitié des ménages (58,5 %) à une insécurité alimentaire grave. »

« Le gouvernement du Nigeria et les autres agences de développement doivent fournir davantage de soutien ou de subsides aux ménages (en particulier ceux dont la condition socioéconomique est basse), de façon à réduire au minimum le choc et aider les ménages à restaurer leur sécurité alimentaire pendant et après le Covid-19. »

Le Défi de la sécurité alimentaire de l’USAID vise à contribuer à la solution.

Leave A Reply

Your email address will not be published.