Africa Defense Forum

Des scientifiques déclarent que le labo viral de Wuhan mérite un examen plus attentif

Reading Time: 3 minutes

PERSONNEL D’ADF

Dans son rapport sur les origines possibles de la pandémie du Covid-19, l’équipe d’investigation internationale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a rejeté l’idée que la maladie se serait échappée d’un laboratoire de l’institut de virologie de Wuhan, en la qualifiant d’« extrêmement improbable ». Mais un grand nombre de scientifiques pensent que cette idée mérite davantage de considération.

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS qui avait initialement autorisé l’investigation, est l’un des premiers à demander un examen plus approfondi de l’hypothèse du laboratoire.

Après la publication du rapport des enquêteurs, le Dr Tedros a déclaré que l’examen d’une fuite potentielle du laboratoire conduit par l’équipe n’était pas suffisamment poussé. Il a aussi critiqué les autorités chinoises pour avoir dissimulé les données brutes des premiers patients du Covid-19.

Le rapport final a été conçu pour refléter le consensus des 17 experts internationaux et des 17 enquêteurs chinois, chacun de ces derniers ayant des liens avec le gouvernement. Les autorités chinoises ont annoncé le 17 mars sur Twitter qu’elles avaient reçu une version préliminaire du rapport pour l’examiner. Le rapport a été publié près de deux semaines plus tard.

Dans une lettre ouverte publiée avant le rapport de l’OMS, une équipe scientifique internationale dirigée par Jamie Metzl, expert des virus qui est membre d’un comité consultatif technico-génétique de l’OMS, a dénoncé le rapport comme étant compromis et biaisé par la politique. La lettre a été publiée dans le journal américain The Wall Street Journal et le journal français Le Monde.

Le groupe de M. Metzl a accusé les membres de l’équipe d’investigation de l’OMS d’être sujets à des conflits d’intérêt et empêtrés par les restrictions chinoises. Dans sa lettre, le groupe de M. Metzl exige une autre investigation qui adressera l’hypothèse de la provenance de laboratoire dans une « investigation complète, crédible et transparente ».

Colin Butler, l’un des signataires de la lettre et professeur honoraire du Centre national australien pour l’épidémiologie et la santé de la population à l’université nationale australienne, a publié un éditorial en décembre 2020 dans le Journal of Human Security en faisant appel à un examen plus approfondi de la théorie de la provenance de laboratoire.

Le Dr Butler déclare à ADF qu’il pense qu’il est « plausible, peut-être même probable » que le virus du Covid-19 s’est échappé d’un labo, et que l’investigation de l’OMS est victime de la guerre froide croissante entre la Chine et l’Occident.

« Toutefois, même si l’origine n’est pas un laboratoire, il est clair que la guerre biologique et la manipulation génétique des virus conduite par les civils est très fréquente, déclare le Dr Butler dans un e-mail envoyé à ADF. Chacune de ces pratiques est hautement dangereuse et nécessite beaucoup plus de supervision et de transparence. »

Une investigation indépendante n’aurait pas permis aux scientifiques chinois d’examiner le rapport à l’avance, ajoute le Dr Butler.

Le Dr Peter Ben Embarek, chef de l’équipe d’investigation de l’OMS, a défendu les travaux de son groupe en observant qu’il était axé sur l’examen des sources animales potentielles de l’épidémie, et non pas sur l’investigation d’une fuite de laboratoire. L’étude a aussi été conçue comme une mission coopérative entre l’OMS et les scientifiques chinois, ajoute-t-il.

L’équipe de l’OMS a passé quatre semaines sur place à Wuhan après s’être vue initialement refusée l’entrée par les autorités chinoises.

Ils ont passé les deux premières semaines à travailler virtuellement avec leurs homologues chinois alors qu’ils étaient en quarantaine dans leur hôtel. Ils ont ensuite visité le marché de gros de fruits de mer de Huanan, point focal de l’épidémie de Covid-19 en décembre 2020 qui a alerté initialement les responsables de la santé publique sur la maladie respiratoire qui se propageait rapidement. Le marché a été fermé et désinfecté par les officiels chinois après le début de l’épidémie.Seize mois plus tard, le rez-de-chaussée du marché reste barricadé.

Les investigateurs ont aussi visité l’institut de virologie de Wuhan, à environ quinze kilomètres du marché de Huanan sur la berge opposée du fleuve Yangzi Jiang.

C’est à cet institut que travaille la chercheuse Shi Zhengli, appelée « Batwoman » pour ses recherches sur les virus transportés par les chauves-souris. Le Covid-19 est environ 98 % similaire aux virus trouvés dans les chauves-souris fer à cheval qui vivent dans le Sud de la Chine, et qui étaient aussi à l’origine de l’épidémie de SRAS de 2003.

Lors de la conférence de presse qui a accompagné la publication du rapport de l’OMS à la fin mars, le Dr Embarek a déclaré que les enquêteurs avaient examiné les protocoles et les sujets de recherche de l’institut de Wuhan.

« Personne n’a pu découvrir de preuve positive que l’un quelconque de ces labos ait été impliqué dans cela », a-t-il déclaré.

Leave A Reply

Your email address will not be published.