Africa Defense Forum

Les experts de la santé exhortent les Africains à recevoir le vaccin, quel qu’il soit

Reading Time: 3 minutes

PERSONNEL D’ADF

Alors qu’ils contemplent une troisième vague potentielle d’infections de Covid-19 en mai ou juin, les responsables africains de la santé publique exhortent les habitants du continent à se faire vacciner dès qu’ils le peuvent, même s’ils sont préoccupés par les effets secondaires.

« Les avantages du vaccin dépassent de loin les risques », déclare le Dr Richard Mihigo, chef de zone de programme pour l’immunisation et le développement des vaccins au bureau régional africain de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’OMS et les Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC africains) ont approuvé les vaccins de Pfizer, Moderna, Johnson & Johnson et AstraZeneca pour leur utilisation d’urgence sur le continent.

« Les vaccins du Covid-19 autorisés par l’OMS pour l’emploi d’urgence sont sécurisés et peuvent réduire considérablement le risque de maladie grave et de décès, qui est notre inquiétude principale », ajoute le Dr Mihigo.

Jusqu’à présent, les pires effets secondaires signalés par les gens après avoir reçu le vaccin sont la fatigue, les maux de tête, la nausée et les douleurs au site d’injection, déclare le Dr Mihigo.

Bien que les personnes qui sont vaccinées puissent toujours être infectées par le Covid-19, les symptômes sont beaucoup moins graves et aucun décès dû à la maladie n’a été signalé parmi les gens vaccinés, selon les chercheurs.

En date de la mi-avril, 45 pays africains avaient commencé à administrer le vaccin, et près de 14 millions de personnes avaient reçues une dose. Mais c’est toujours loin du but des CDC africains visant à vacciner 700 millions d’Africains à la fin 2022.

L’autorité de réglementation des produits de santé d’Afrique du Sud a recommandé la reprise des vaccinations des agents de santé avec le vaccin de Johnson & Johnson, après la suspension des vaccinations par le gouvernement à cause des préoccupations sur des effets secondaires extrêmement rares.

Johnson & Johnson s’est engagé à livrer à l’Union africaine 400 millions de doses non fractionnées. Le vaccin de J&J est prêt à jouer un rôle majeur en Afrique du Sud, maintenant que la société sud-africaine Aspen Pharmacare Holdings Inc. se prépare à commencer avant juin la fabrication des doses à partir de composés gelés provenant de Belgique. Ces doses seront distribuées dans tout le continent par l’African Vaccine Acquisition Task Team (Équipe africaine opérationnelle d’acquisition des vaccins).

« Il n’y a pas eu d’échec », a déclaré Gus Attridge, PDG adjoint d’Aspen, à Business Insider South Africa en mars.

Alors que l’Afrique du Sud essaie d’éviter une troisième vague d’infections, ses leaders espèrent avoir jusqu’à 3 millions de doses de vaccin produites localement à partir de juin.

Un sondage conduit par les CDC africains à la fin 2020 indiquait que les Africains souhaitent vivement recevoir un vaccin sûr et efficace. Toutefois, des études plus récentes par Afrobarometer ont découvert des îlots de résistance vis-à-vis du vaccin.

Les experts de santé de l’Union africaine et l’OMS continuent à souligner que tous les vaccins approuvés pour l’emploi sur le continent ont passé avec succès les essais cliniques pour déterminer leur sécurité et leur efficacité.

Le mécanisme international COVAX prévoit de fournir 600 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca à 40 pays africains. Jusqu’à présent, il a fourni des vaccins à 31 pays. Les experts des CDC africains et de l’OMS encouragent les gouvernements à administrer l’AstraZeneca et les autres vaccins lorsque cela est possible.

Le Dr John Nkengasong, directeur des CDC africains, a déclaré lors de sa mise à jour hebdomadaire sur le Covid-19 le 8 avril : « Ces vaccins continuent à être sûrs. Nous recommandons toujours que les vaccins soient utilisés. »

Le Dr Nkengasong a déclaré que les Seychelles et Maurice étaient les deux premiers pays africains à avoir reçu assez de vaccin pour atteindre le but de COVAX pour vacciner 20 % de la population. Les Seychelles ont vacciné avec au moins une dose 64 % de leur population.

De l’autre côté du continent, le Maroc a administré 4 millions de doses, plus que tout autre pays africain, a déclaré le Dr Nkengasong.

Le Dr Rebecca Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, s’est jointe au Dr Nkengasong et à d’autres experts de la santé publique pour demander aux Africains de se faire vacciner, alors que beaucoup se lassent de la pandémie. Le Dr Moeti déclare que le message en faveur de la vaccination doit se propager à partir de la communauté, et être développé par les chefs religieux, les réseaux sociaux et les groupes de femmes.

« La vaccination est la voie la plus rapide de la reprise sociale et économique pour cette pandémie », a déclaré le Dr Moeti.

Leave A Reply

Your email address will not be published.