Africa Defense Forum

Les marines s’unissent pour un exercice de sécurité maritime dans le golfe de Guinée

Reading Time: 3 minutes

PERSONNEL D’ADF

Lorsque le commandant Prince Boateng, né au Ghana, est retourné dans son pays natal en mars, il portait un uniforme de la Marine des États-Unis. Il participait à Obangame Express 2021 (OE21), exercice de sécurité maritime de treize jours parrainé par l’état-major unifié des États-Unis pour l’Afrique (AFRICOM) et conduit par les Forces navales des États-Unis en Europe-Afrique. 31 pays, dont 20 pays africains, ont participé à l’exercice.

Le commandant Boateng, officier de réserve dans les Forces navales des États-Unis en Europe-Afrique/la sixième flotte des États-Unis, a compris immédiatement l’importance de l’exercice accueilli par la Marine ghanéenne.

Le commandant Boateng a déclaré à l’American Forces Network Europe (AFN Europe) : « Nous sommes ici pour aider la Marine ghanéenne et les marines du golfe de Guinée à travailler ensemble pour les aider à protéger leurs propres ressources et s’assurer que ces ressources profitent aux personnes appropriées, aux personnes auxquelles elles appartiennent. Je suis très ému d’avoir l’opportunité de porter un uniforme de la Marine des États-Unis dans le lieu où je suis né. »

L’exercice OE21 visait à améliorer la coopération régionale, la sensibilisation au domaine maritime, les pratiques de partage de l’information et l’expertise tactique pour lutter contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (IUU), la piraterie, le terrorisme, la contrebande des stupéfiants et des armes, et la traite humaine. L’exercice a pris fin le 27 mars.

Les exercices de formation maritime dans le golfe de Guinée et l’océan Atlantique ont inclus les techniques d’abordage, les opérations de recherche et sauvetage, la réponse médicale aux victimes, les communications radio et les techniques de gestion de l’information. Les troupes ghanéennes, danoises, néerlandaises et polonaises ont aussi participé à un exercice de technique de tir dans un terrain urbain.

Les autres pays participants ont inclus l’Allemagne, le Canada, l’Espagne, la France, l’Italie et le Royaume-Uni.

Le commandant de la Marine ghanéenne Yussif Benning, directeur intérimaire du Centre de coordination maritime multinational de la communauté économique des états d’Afrique de l’Ouest, a déclaré que OE21 a aidé les pays africains à tirer parti de leurs points forts « pour établir un partenariat avec vos amis ou voisins pour que vous puissiez avoir un environnement de sécurité beaucoup plus holistique ».

« C’est une opportunité pour obtenir davantage d’aptitudes pour améliorer notre compréhension collective, établir des liens de confiance aux niveaux personnel et institutionnel », a déclaré le commandant Benning à AFN Europe.

Les membres de la marine américaine ont formé les participants dans l’utilisation de Sea Vision, outil basé sur le Web qui permet aux utilisateurs de visualiser et partager un éventail d’information pour améliorer les opérations maritimes. Créé par le département des Transports des États-Unis en 2007, Sea Vision est un outil non confidentiel de sensibilisation au domaine maritime nécessitant seulement une connexion Internet, un nom d’utilisateur et un mot de passe.  Il permet aux utilisateurs de suivre les navires commerciaux mondialement en utilisant les données provenant des radars côtiers, des satellites et d’autres sources.

Sea Vision a permis aux nations de partager les informations à travers les frontières et de coordonner les efforts pour riposter contre les menaces telles que la piraterie. « De l’Angola à la Mauritanie et au Maroc. Tout le monde a un ou deux comptes. Ils l’utilisent pour faire passer des informations d’un côté et de l’autre », déclare David Rollo, chef du projet de sensibilisation du domaine maritime pour les Forces navales des États-Unis en Europe-Afrique.

Obangame aide les professionnels de la sensibilisation au domaine maritime à travailler ensemble dans un scénario qui simule les menaces du monde réel. Avant Sea Vision, « nous ne pouvions pas avoir de schéma commun des opérations avec nos partenaires lorsque nous faisions ces exercices, déclare M. Rollo. Cela peut donc devenir un peu dangereux si vous ne traquez pas vos forces. Ce n’était pas seulement à l’usage de nos partenaires mais aussi à notre usage. »

Ses ressources naturelles abondantes et son manque de sécurité maritime rendent le golfe de Guinée vulnérable à la criminalité. Environ 40 tonnes de cocaïne traversent l’Afrique de l’Ouest chaque année, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques. La piraterie, la pêche IUU et la contrebande des armes et des stupéfiants sont toutes en augmentation.

Le capitaine de corvette William Kofi de la Garde côtière ghanéenne déclare à AFN Europe : « Obangame Express est une bonne chose pour toutes les marines qui y participent. Il nous aidera à nous réunir, en particulier pour les marines d’Afrique de l’Ouest, pour que nous puissions affronter les divers crimes qui sont présents. Chaque pays ne peut pas gérer à lui seul les situations de sécurité maritime que nous avons ici. »

OE21 a aussi inclus un exercice virtuel de préparation et de réponse à la pandémie avec des experts cliniciens de la Côte d’Ivoire, du Gabon, du Ghana, du Liberia, du Nigeria et du Sénégal, ainsi que des États-Unis et du Royaume-Uni.

Les participants ont échangé les leçons qu’ils avaient apprises du Covid-19 et des épidémies précédentes.

Le lieutenant Amy Welkie de la Marine des États-Unis, coordinatrice de l’événement, déclare : « L’objectif de l’engagement, comme pour Obangame Express 21, consiste à améliorer la coopération régionale et l’interopérabilité. Cet événement s’est axé sur la façon de faire d’un point de vue médical. Ceci nous a permis de créer et de développer des partenariats avec nos homologues médicaux dans tout le golfe de Guinée. »

Leave A Reply

Your email address will not be published.