Africa Defense Forum

« UNE LUTTE DE LONGUE HALEINE »

Reading Time: 7 minutes

Un Entretien Avec Le Général De Brigade Oumarou Namata, Commandant De La Force Conjointe Du G5 Sahel

Le général de brigade Oumarou Namata du Niger a été nommé commandant de la Force conjointe du G5 Sahel en juillet 2019. Il est le troisième commandant de cette force, composée d’un maximum de 4.500 soldats et autre personnel provenant du Burkina Faso, du Tchad, du Mali, de la Mauritanie et du Niger.

Le général Namata a rejoint les forces armées en 1984 et a été formé au commandement des unités de cavalerie blindées. Au cours de sa carrière, il a assumé un grand éventail de postes, y compris des missions diplomatiques en tant qu’attaché à la défense. En 2017, alors qu’il est commandant du secteur militaire Sud-Est du Niger près de la frontière avec le Nigeria, il conçoit une réponse tactique aux attaques contre les civils commises par les combattants de Boko Haram près de la ville de Bosso. À cette stratégie est attribué le renversement de la situation contre le groupe extrémiste. Avant d’assumer ses fonctions actuelles, le général Namata était le chef d’état-major adjoint de l’armée de terre nigérienne.

Les forces du G5 Sahel au Nord du Niger reçoivent des vivres par ravitaillement aérien lors de l’opération Amane 2, action de 10 jours visant à dégrader les trafiquants et les terroristes actifs près des frontières du Niger avec la Libye et le Tchad. FORCE CONJOINTE DU G5 SAHEL

Le général Namata, depuis le quartier général du G5 à Bamako (Mali), a répondu aux questions soumises par ADF. Il déclare que son expérience contre Boko Haram dans le bassin du lac Tchad était formatrice, mais il attribue les succès enregistrés là-bas aux chefs politiques et aux forces déployées au front. Il souligne que, dans la lutte contre le terrorisme, les forces militaires doivent agir avec professionnalisme, discernement et efficacité.

« La lutte contre l’extrémisme et les menaces asymétriques nous apprend à faire preuve de beaucoup de discernement et à être patients car c’est une lutte de longue haleine contre un ennemi très furtif, doté d’une bonne capacité de résilience, écrit-il. Il reste difficilement saisissable, tant il arrive à s’imbriquer au sein des populations. Cela prendra assurément du temps, mais nous restons convaincus qu’avec une bonne synergie des efforts, nous arriverons un jour à mettre tous ces groupes armés terroristes hors d’état de nuire. »

SA PREMIÈRE ANNÉE

Lorsqu’il commence à commander le G5, le général Namata souligne plusieurs points :

  • Améliorer l’efficacité opérationnelle des unités du G5 et atteindre une pleine capacité.
  • Préparer des opérations coordonnées ou conjointes avec les forces armées nationales ou d’autres partenaires.
  • Lancer la composante policière de la force.
  • Améliorer la stratégie de communication pour accroître la visibilité et l’acceptation publiques de la force.
  • Respecter la résolution 2480 de l’ONU qui demande une amélioration de la coopération, du partage de l’information et du soutien de la Force conjointe du G5 Sahel par les Nations unies et les autres acteurs internationaux.
  • Le général Namata déclare que, pendant le deuxième semestre 2019, la Force conjointe enregistre un certain nombre de succès. Il mentionne les douzaines de terroristes qui ont été neutralisés ou capturés, les caches d’armes découvertes, les centres de fabrication des engins explosifs improvisés (EEI) démantelés, les motos saisies et l’équipement de communication et autre matériel retiré du champ de bataille. Un succès notable se produit entre le 1er et le 10 octobre lors de l’opération Amane 2 au Nord du Niger : les forces du G5 découvrent une vaste cache d’armes et arrêtent un pick-up transportant des armes qui avait traversé la frontière de la Libye.

Début novembre, les forces du G5 participent à une mission dans la région du Gourma, frontalière entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger. Cette mission comprend 1.400 soldats et conduit à la mort ou la capture de 25 terroristes, la destruction de 64 motos et le démantèlement d’un atelier d’EEI. La mission conjointe réunit l’opération Barkhane de la France et les forces armées nationales des trois pays.

« Cependant, jusque-là des efforts somme toute relativement fructueux ont été engagés par la Force conjointe, dans le domaine des opérations militaires et des relations avec les partenaires, notamment à travers une coordination plus forte entre les différentes forces qui agissent sur le terrain, écrit-il, mais aussi avec l’engagement plus conséquent de toutes les parties prenantes. En somme, l’engagement et la détermination de la Force conjointe à mener sa mission contre le terrorisme dans notre espace sahélien sont restés constants. »

Les forces du G5 Sahel au Nord du Niger montrent une cache d’armes découverte pendant l’opération Amane 2. FORCE CONJOINTE DU G5 SAHEL

Cette année révèle aussi le coût du combat. En décembre, 71 soldats nigériens trouvent la mort dans l’embuscade d’une base à l’Ouest du pays. C’est l’une des attaques les plus meurtrières contre les forces armées du Niger dans l’histoire moderne.

« C’est ici le lieu de rendre hommage aux pertes humaines, civiles et militaires, qui attestent de l’engagement de nos armées ainsi que des périls auxquels sont confrontés nos frères sahéliens », écrit le général Namata.

En fait, l’année 2019 est historiquement la pire année pour la violence liée à l’extrémisme au Sahel, encore pire que 2018. Le général Namata déclare qu’il est impossible d’ignorer que la violence augmente, malgré les multiples efforts des armées régionales, des organisations internationales et des partenaires occidentaux tels que les États-Unis, le Royaume-Uni et la France. Le général Namata déclare que les groupes extrémistes ont tiré parti de la violence régionale intercommunale et ethnique et l’ont aggravée.

UN EFFORT MONDIAL

Cette lutte, déclare-t-il, n’incombe pas seulement aux cinq pays de la Force conjointe ; elle doit être un effort mondial.

« L’extrémisme n’est pas l’apanage du Sahel, écrit le général Namata. C’est un phénomène aveugle qui fait fi des frontières et qui essaye sournoisement de s’installer là où ses adeptes pensent pouvoir diffuser leurs théories du chaos. »

Des combattants liés à l’État islamique se sont enfuis des pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord et rêvent maintenant de créer un « califat » au Sahel. « C’est qu’il y a eu un glissement de ce phénomène ayant sévi sous d’autres contrées comme le Moyen-Orient, le Maghreb et autres, vers les zones sahéliennes qu’il était plus facile d’investir, de par la faible présence relative des démembrements des États et une certaine pauvreté endémique des populations locales qui pouvaient ainsi constituer un bon terreau de recrutement », écrit-il.

Un soldat regarde les tombes des 71 collègues nigériens tués dans une embuscade le 10 décembre 2019.
AFP/GETTY IMAGES

Il a été signalé que les groupes terroristes de la région forment des alliances. Un reportage d’Octobre 2019 par Radio France Internationale mentionne des preuves anecdotiques de collaboration entre divers groupes tels qu’Ansar Dine, le Front de libération du Macina, Al-Mourabitoune, Ansarul Islam et l’État islamique dans le Grand Sahara. Le reportage révèle que les combattants vont et viennent entre les groupes et qu’il existe un accord tacite selon lequel ils chercheront à conquérir un territoire ensemble, et ils règleront leurs différends plus tard.

Le général Namata déclare que les attaques deviennent plus sophistiquées, ce qui pourrait être un signe de collaboration. Il souligne l’utilisation des EEI et des voitures piégées et l’énorme quantité de tirs d’artillerie comme preuves que l’ennemi est bien financé.

« Les attaques complexes des positions des forces de défense et de sécurité, avec des effectifs ennemis de plus en plus grands, confirment qu’il existe de véritables connexions sur le plan opérationnel et logistique entre les groupes armés terroristes, écrit le général Namata. Ainsi, malgré des divergences d’approche vis-à-vis des populations, ces groupes s’appuient mutuellement. »

Des membres de la garde d’honneur du Burkina Faso se tiennent à l’entrée d’un centre de conférence avant la cérémonie d’ouverture de la Conférence au sommet du G5 Sahel sur la sécurité à Ouagadougou le 14 septembre 2019. AFP/GETTY IMAGES

LE SOUTIEN DES CIVILS

Une priorité du G5 consiste à gagner le soutien des civils dans les zones vulnérables où les extrémistes ont cherché à recruter les combattants et obtenir un appui. Le général Namata déclare que son approche visant à gagner le soutien des civils possède plusieurs volets :

Assurer que toutes les actions de la Force conjointe du G5 Sahel, depuis la planification jusqu’aux opérations, se conforment à la structure juridique établie par la Commission des droits de l’homme des Nations unies. Une assistance en sera fournie par la composante policière du G5.

Collaborer avec les autorités judiciaires des pays contributeurs.

Déclarer au public ce qui se passe et soutenir les communications nationales des pays contributeurs.

Influencer et engager directement la population, grâce aux composantes différentes de la force, aux autorités administratives et aux leaders d’opinion.

Assurer que la protection de la population reste une priorité majeure pour toutes les composantes de la force.

Planifier et mettre en œuvre des programmes d’engagement civilo-militaires pour accompagner les opérations.

Le financement continue à être un défi pour le G5. En juillet 2019, l’Union européenne a promis de fournir 154 millions de dollars pour soutenir la Force conjointe, et le secrétaire général de l’ONU a demandé des fonds supplémentaires auprès de l’organisme international. Le général Namata déclare que le G5 fait ce qu’il peut avec un financement et un matériel limités, mais qu’il pourrait utiliser un soutien additionnel.

« Notre principale fierté, c’est que malgré la faiblesse de ses moyens, la Force conjointe a su mettre en œuvre un certain nombre d’opérations, pour marquer sa présence et sa détermination à poursuivre la mission à elle confiée, écrit le général Namata. Tout cela dans un élan de recherche systématique de coordination au sein d’opérations très souvent conjointes. »

Le général Namata déclare que la formation d’une alliance telle que le G5 peut être lente et fastidieuse, mais que cela est nécessaire.

« Il est possible, à ce stade, d’affirmer que [le G5] est actuellement la seule alternative locale crédible en matière de lutte contre le terrorisme et le crime transfrontalier dans l’espace commun. »  

Leave A Reply

Your email address will not be published.