Africa Defense Forum

Un changement radical : l’objet de la collaboration est de renforcer les renseignements de pêche

0

PERSONNEL D’ADF

Une collaboration entre certains organismes fournit davantage de données, de technologie et d’analytique contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN).

Global Fishing Watch, the International Monitoring, Control, and Surveillance Network, et Trygg Mat Tracking (TMT) ont combiné leurs efforts pour établir la Cellule analytique combinée (JAC), qui vise à fournir aux pays côtiers aux revenus faibles un plus grand accès aux renseignements, à l’analyse des données et à l’assistance de développement des capacités concernant la pêche, dans le but de faire face à la criminalité en mer.

TMT, organisation sans but lucratif qui fournit des renseignements sur la pêche aux pays et aux organisations, est bien établie en Afrique de l’Ouest et en Afrique de l’Est, et Global Fishing Watch est engagée à développer des liens dans la région. L’International Monitoring, Control, and Surveillance Network est financé par l’Agence américaine pour le développement international.

Les pays côtiers intéressés à accéder à la JAC pourront le faire gratuitement.

Tony Long, président-directeur général de Global Fishing Watch, a déclaré à AOL dans un e-mail : « Ce qu’on attend d’eux, c’est qu’ils engagent leur personnel pour apprendre et utiliser la JAC et partager les données qui peuvent améliorer l’analyse et améliorer la conformité. Ils peuvent aussi nous aider à promouvoir une plus grande utilisation en présentant leur expérience avec les réseaux internationaux. »

Selon M. Long, le Comité des pêcheries pour le golfe de Guinée Centre-Ouest et la Commission des pêches sous-régionale ont exprimé leur intérêt dans la JAC.

« Au niveau national, nous travaillons actuellement avec le Sénégal, le Ghana, la Côte d’Ivoire et le Kenya pour soutenir leurs efforts de renforcement des contrôles portuaires à l’aide du Visualiseur de navires, nouvel outil sur les antécédents des navires de pêche développé par Global Fishing Watch et TMT pour fournir des informations sur l’identité, les activités de pêche, les escales portuaires et les transbordements des navires », dit-il.

Les chalutiers sont réputés éteindre leur système d’identification automatique pour éviter la détection lorsqu’ils pêchent dans des zones interdites. Ils sont aussi bien connus pour changer le nom du navire et utiliser les registres ouverts pour inscrire un navire de pêche appartenant à et exploité par une société étrangère dans un registre africain afin de pêcher dans les eaux locales. Les registres ouverts sont en ligne et sont actuellement sujets à peu de supervision.

Depuis que la JAC a été lancée au mois de juin, elle a accueilli Skylight. Ce dernier est un produit de surveillance maritime de l’Institut Allen pour l’IA, organisme de recherche fondé par Paul Allen (défunt cofondateur de Microsoft).M. Long déclare qu’il s’attend à ce que d’autres agences rejoignent la JAC dans les prochains mois.

« En ouvrant l’accès aux données, à la technologie et à l’analytique à grande échelle, cette collaboration unique renforcera la gestion des pêches dans le monde entier et soutiendra des mesures efficaces pour mettre fin au fléau de la pêche INN », dit M. Long à ADF.

La pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN) menace les nations côtières d’Afrique depuis des décennies. La flotte de pêche en eaux distantes de la Chine cible généralement l’Afrique de l’Ouest mais elle a une présence croissante dans les eaux d’Afrique de l’Est. La Chine est le pire contrevenant mondial de la pêche INN selon l’Indice de pêche INN.

D’autres flottes étrangères traquent aussi les mers africaines, en décimant les stocks de poissons à cause de la surexploitation et la mise en œuvre de pratiques de pêche destructrices telles que le chalut de fond et la pêche à l’explosif. La diminution des stocks de poissons conduit à une perte de revenu pour les pêcheurs artisanaux locaux qui dépendent de la mer depuis des générations.

Mark Young, directeur exécutif de l’International Monitoring, Control and Surveillance Network, a déclaré dans une annonce de presse : « L’établissement de la [JAC] marque un changement radical dans les renseignements et l’analyse des pêches. Il constitue un précédent pour un changement global vers une plus grande utilisation des données ouvertes, de l’analytique des données et de la technologie intégrée pour fournir une meilleure transparence dans les activités qui se produisent sur le domaine maritime et renforcer les efforts de surveillance, contrôle et vigilance à l’égard de la pêche. »

La JAC fournira des « données exploitables » et des « renseignements crédibles » pour améliorer la gestion de la pêche, ajoute M. Young.

Duncan Copeland, directeur exécutif chez TMT, déclare que l’accessibilité de la JAC, ainsi que la formation améliorée du personnel de pêche, devraient aider les pays côtiers à combattre la pêche illégale avec plus de succès.

« La coopération et la collaboration des acteurs étatiques et non étatiques sont essentielles et la Cellule analytique combinée a été formée pour mettre en œuvre cet objectif », a déclaré M. Copeland dans une annonce de presse.

Leave A Reply

Your email address will not be published.