Africa Defense Forum

L’Afrique du Sud élimine les restrictions liées à la cinquième vague mais avertit qu’elles pourraient être restaurées

0

PERSONNEL D’ADF

Maintenant que la cinquième vague d’infections de Covid-19 s’est résorbée en Afrique du Sud, le Dr Joe Phaahla, ministre de la Santé, a levé la plus récente série de restrictions de santé publique. Mais les experts avertissent que ces restrictions pourraient être restaurées si les infections augmentent à nouveau dans quelques mois.

« Nous remercions les Sud-Africains pour leur résilience en assimilant diverses mesures de prévention et d’atténuation contre le virus, dont certaines nous aideront à faire face à des maladies respiratoires plus anciennes telles que la grippe et la tuberculose, mais aussi aux épidémies respiratoires futures », a déclaré le Dr Phaahla lors de l’annonce du retrait des restrictions telles que le port obligatoire du masque en public.

Il dit que ce changement a été rendu possible par la baisse du nombre de cas quotidiens, de la positivité des cas et du nombre de décès relevés.

La cinquième vague d’Afrique du Sud a été provoquée par les souches BA.4 et BA.5 du variant Omicron. Au point culminant de la vague en début juin, les responsables de la santé ont enregistré un peu plus de 3.400 cas en une seule semaine, avec environ 240 décès. C’est le tiers des cas positifs et le cinquième des décès enregistrés au point culminant de la quatrième vague à la fin décembre.

Les analyses des échantillons sanguins prélevés à la fin de la quatrième vague en mars dernier dans l’ensemble de l’Afrique du Sud ont montré que 98 % des Sud-Africains avaient été exposés à Covid-19.

Selon les responsables de la santé, certains Sud-Africains ont demandé à ce que les restrictions liées à la pandémie soient réimposées uniquement si une nouvelle vague produit un grand nombre d’hospitalisations.

Le Dr Phaahla déclare que ce serait une erreur.

« Nous ne sommes pas du tout d’accord avec les critiques qui pontifient depuis le confort de leur fauteuil en affirmant que nous devrions abandonner toutes les mesures de santé publique et simplement laisser le virus se répandre à volonté, en nous préoccupant seulement de savoir si les hôpitaux sont pleins », a déclaré le ministre de la Santé.

L’épidémiologiste Salim Abdool Karim, directeur de Caprisa (Centre pour le programme de recherche sur le sida en Afrique du Sud), est d’accord avec l’évaluation du ministre.

Le Dr Karim était l’un des premiers conseillers du gouvernement au commencement de la pandémie de Covid au début 2020.

Il a déclaré à SABC News que l’Afrique du Sud, bien qu’elle profite d’une période de « vacance » entre deux vagues, sera finalement affectée par une vague future. Selon lui, les Sud-Africains doivent être prêts à recommencer à porter le masque à l’intérieur, limiter la taille des réunions d’intérieur, et prendre d’autres mesures nécessaires pour empêcher la propagation de Covid.

« Ce n’est pas la fin des restrictions de Covid, dit-il. Nous sommes en ce moment dans une période où nous pouvons nous permettre de le faire mais nous pourrions très facilement entrer dans une période où nous ne pourrons pas nous le permettre. Nous devons être prêts à affronter cela. »

Selon lui, les gens qui ignorent le risque de Covid parce qu’ils se sont déjà rétablis du virus ne comprennent pas la menace réelle, qui est la réinfection.

La réinfection augmente le risque de développer la condition chronique appelée Covid long, qui affecte actuellement jusqu’à 20 % des personnes qui se sont rétablies d’une infection.

Le Covid long contribue à une série d’autres maladies, depuis la crise cardiaque et l’AVC jusqu’aux conditions neurologiques telles que la maladie de Parkinson.

Ces conditions affectent plus probablement les gens de 50 ans ou plus, ceux-là même qui sont sujets à un risque élevé d’infection quel que soit leur état immunitaire, selon les responsables de la santé.

« Il est vraiment important d’essayer d’empêcher toute possibilité d’infection », déclare le Dr Karim.

Leave A Reply

Your email address will not be published.