Africa Defense Forum

De nouvelles recherches montrent que le variant Omicron a une probabilité moindre d’endommager les poumons

0
Reading Time: 2 minutes

PERSONNEL D’ADF

Six nouvelles études montrent que le variant Omicron du Covid-19 n’attaque pas les poumons aussi agressivement que les souches précédentes.

Parmi les six études examinées par le journal britannique The Guardian, quatre ont été publiées depuis le 24 décembre.Lors de tests sur des souris à l’université de Liverpool, les animaux ont été sujets à des symptômes moins graves et ils se sont rétablis plus rapidement.

James Stewart, professeur à l’université, a déclaré au Guardian : « Les premières indications montrent qu’il s’agit d’une bonne nouvelle, mais ce n’est pas une raison pour baisser la garde. Si vous êtes cliniquement vulnérable, les conséquences ne sont toujours pas excellentes : Omicron peut tuer. Ôter son masque et faire la fête n’est pas pour tout le monde. »

Des études par l’université de Hong Kong, l’université de Cambridge en Angleterre, l’université de Louvain en Belgique et des chercheurs américains ont aussi conclu que le variant Omicron provoquait moins d’infection dans les poumons.

Le 5 janvier Abdi Mahamud, responsable d’incidents de l’Organisation mondiale de la santé chargé du Covid-19, a déclaré aux médias qu’Omicron affectait principalement le système respiratoire supérieur, ce qui peut expliquer pourquoi le variant est plus contagieux mais moins létal que les souches précédentes.

« Ce que nous constatons aujourd’hui est… un découplage entre les cas positifs et les décès », a déclaré le Dr Mahamud. Il a ajouté que les souches précédentes avaient une probabilité plus élevée de provoquer une pneumonie grave.

Le 31 décembre, un rapport du gouvernement du Royaume-Uni a indiqué que les Anglais infectés par Omicron avait une probabilité d’hospitalisation égale à la moitié de ceux souffrant du variant Delta, selon le magazine Nature.

Le Dr Angelique Coetzee, présidente nationale de l’Association médicale d’Afrique du Sud, est l’un des premiers médecins à avoir traité les patients d’Omicron en Afrique du Sud. Elle a déclaré à CNN que beaucoup de gens développeront probablement une immunité naturelle en contractant Omicron sans le savoir.

« Je sais qu’en science nous ne voulons pas utiliser le mot “léger”. Je ne peux pas dire qu’il s’agit d’une maladie très grave. C’est vrai, elle est grave si vous êtes dans l’USI branché sur la respiration mécanique. Le nombre de gens souffrant d’une maladie grave et sur respirateur n’est pas élevé. »

Mais les gens devraient rester vigilants et se conformer aux mesures de confinement du Covid-19, écrit le Dr Amir Khan, maître de conférences principal à l’école de médecine de l’université de Leeds et à l’université de Bradford au Royaume-Uni, sur le site web d’Al Jazeera.

« En tant que médecin, je m’inquiète des implications d’une maladie plus légère qui pourrait tromper les gens en leur donnant un faux sentiment de sécurité, peut-être en réduisant la probabilité qu’ils porteront le masque, pratiqueront la distanciation physique ou, ce qui est pire, se feront vacciner. Nous sommes devenus quelque peu insensibilisés au nombre de décès résultant du Covid-19. Qu’il soit ou non plus léger, Omicron reste une menace mondiale grave. »

Omicron s’est propagé dans au moins 22 pays africains depuis qu’il a été détecté au Botswana à la fin novembre.

Leave a Reply