Africa Defense Forum

Le Togo est le premier à mettre fin au problème de santé publique que constitue la maladie du sommeil

Reading Time: 2 minutes

ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ

Le Togo a reçu la validation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour avoir éliminé la trypanosomiase africaine ou « maladie du sommeil » comme problème affectant la santé publique, devenant ainsi le premier pays africain à atteindre ce jalon.

C’est un parasite transmis par la mouche tsé-tsé qui provoque la maladie du sommeil et il est présent dans environ trois douzaines de pays de l’Afrique subsaharienne. Si elle n’est pas traitée, la maladie du sommeil est presque toujours mortelle. En 1995, environ 25.000 cas étaient détectés, et on estimait qu’environ 300.000 cas positifs n’étaient pas détectés et que 60 millions de personnes risquaient d’être infectées. En 2019, moins de 1.000 cas ont été découverts. Le Togo n’a pas signalé de cas positifs depuis 10 ans. Les symptômes précoces incluent la fièvre, les maux de tête et les douleurs d’articulation. Lorsque le parasite infecte le système nerveux, il provoque la confusion, les changements de comportement, la perte de coordination et la perturbation du cycle de sommeil.

Il existe deux variétés de maladie du sommeil. La première, causée par Trypanosoma brucei gambiense, existe dans 24 pays d’Afrique de l’Ouest et Afrique centrale et représente plus de 98 % des cas. La seconde, Trypanosoma brucei rhodesiense, est trouvée dans 13 pays d’Afrique de l’Est et Afrique australe. L’OMS et ses partenaires s’efforcent d’éliminer T.b. gambiense de la liste des problèmes de santé publique dans tous les pays endémiques en 2030. Le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire et le Ghana ont commencé leur processus de validation avec l’appui de l’OMS.

Le succès du Togo fait suite à plus de vingt années d’engagement politique soutenu, de surveillance et de dépistage. Les responsables togolais de la santé publique ont mis en place des mesures de contrôle en 2000. En 2011, le pays a établi des sites de surveillance dans les hôpitaux de Mango et de Tchamba, villes situées dans les zones de risque principales. Depuis lors, les responsables de la santé ont maintenu une surveillance renforcée dans les zones endémiques et à risque élevé.

Le Dr Rebecca Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, déclare : « Le Togo est un pionnier dans l’élimination de la maladie du sommeil. Je félicite le gouvernement et le peuple du Togo pour avoir montré la voie. Je suis certaine que les efforts du pays inspireront d’autres à aller de l’avant vers l’éradication finale de la maladie du sommeil. »

Leave A Reply

Your email address will not be published.