Africa Defense Forum

Pfizer propose de fabriquer son vaccin en Afrique

Reading Time: 3 minutes

PERSONNEL D’ADF

Pfizer/BioNTech pourrait être le prochain fabricant de vaccin du Covid-19 à ouvrir une usine en Afrique, ce qui fournirait au continent une source locale de vaccin.

Ugur Sahin, PDG de BioNTech, a annoncé la vision de sa société pour des sites de fabrication en Afrique lors d’une conférence de presse à la fin avril. M. Sahin a déclaré que le vaccin de Pfizer était efficace à 91 % contre le variant B.1.351 qui se propage en Afrique australe.

Les premières doses de Pfizer fabriquées en Afrique pourraient être disponibles à la fin 2022, selon M. Sahin.

Johnson & Johnson a conclu un accord avec la société sud-africaine Aspen Pharmacare Holdings Ltd. pour transformer plus de 300 millions de doses de son vaccin à dose unique afin de les distribuer sur le continent. Aspen « remplira et complètera » les fioles de vaccin avec des ingrédients importés plutôt que de créer le vaccin à partir de zéro.

En mars dernier, l’institut sud-africain Biovac a annoncé des plans pour créer des installations de 241 millions de dollars afin de produire des ingrédients pharmaceutiques qui l’aideront à élaborer intégralement un vaccin du Covid-19, dans le cadre d’un partenariat avec ImmunityBio Inc., un fabricant de ce vaccin. ImmunityBio a conduit des essais de phase 1 en Afrique du Sud. Les installations du Cap pourraient produire des doses de vaccin destinées à l’exportation, selon Morena Makhoana, PDG de Biovac.

« L’accord concerne réellement le développement de la capacité, qui serait essentiellement disponible dans deux ou trois ans », a déclaré le Dr Makhoana à Newzroom Africa au mois de mars.

Pendant une grande partie du vingtième siècle, l’Afrique du Sud produisait intégralement un grand nombre de vaccins, y compris ceux de la poliomyélite, de la fièvre jaune et de la diphtérie. Depuis 2001, l’Afrique du Sud n’a plus la technologie requise pour produire des vaccins avancés, selon Barry Schoub, président du comité consultatif ministériel sur les vaccins du Covid-19.

Les fabricants africains de produits pharmaceutiques ont aussi besoin de partenaires disposés à partager leur propriété intellectuelle sur les vaccins, selon le Dr Makhoana.

Les pays africains importent 99 % de tous leurs vaccins.

Dans le cas du Covid-19, un grand nombre de ces vaccins provenaient du Serum Institute of India. En avril, l’Inde a interdit les exportations de vaccin pour se concentrer sur l’énorme épidémie de Covid-19 qui sévissait dans le pays. Cette interdiction a privé l’Afrique de près de 150 millions de doses et a plongé dans le désarroi la stratégie de vaccination de l’Union africaine.

« La plus importante leçon que le nationalisme du vaccin nous a apprise est le besoin critique pour l’Afrique de développer, fabriquer et distribuer de toute urgence sa propre biotechnologie », a déclaré le ministre de la Santé sud-africain Zweli Mkhize dans un discours au début avril.

La crise du vaccin du Covid-19 a inspiré les leaders africains à examiner de façon plus approfondie ce qui serait nécessaire pour passer de l’importation de 99 % des vaccins à une fabrication locale de 60 % au cours des prochaines décennies.

Les 12 et 13 avril, les Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC africains) et l’Union africaine ont accueilli 40.000 chercheurs, chefs d’entreprise, chefs d’état et groupes communautaires pour une conférence au sommet virtuelle afin de parler du potentiel pour le développement d’une infrastructure de fabrication des vaccins sur le continent.

Cinq pays africains (l’Afrique du Sud, l’Égypte, le Maroc, le Sénégal et la Tunisie) possèdent des fabricants de vaccin, mais la plupart de ces sociétés remplissent, étiquettent et conditionnent les médicaments, plutôt que de les créer à partir des matières brutes. Environ 80 sociétés africaines peuvent produire des médicaments, selon William Kwabena Ampofo, président de l’initiative africaine de fabrication des vaccins.

L’Afrique du Sud, le Rwanda et le Sénégal ont été identifiés comme des pays où l’Afrique pourrait établir des installations de fabrication des vaccins à ARN messager, qui est à la base de la réponse de Pfizer au Covid-19.

Le résultat de la conférence est la création des Partenariats pour la fabrication africaine des vaccins, lesquels font appel à une intensification de la recherche, la fabrication et la réglementation des vaccins en Afrique.

« [L]a pandémie actuelle de Covid-19 présente une unique opportunité en fournissant une plateforme et un élan important pour la fabrication des vaccins en Afrique, et ce niveau d’intérêt et d’engagement pourrait ne pas durer, selon la déclaration finale. Par conséquent, une action immédiate devrait être suivie. »

En même temps, les délégués à la conférence ont reconnu les difficultés sur le chemin du succès, y compris le manque de professionnels qualifiés, les services publics non fiables et les contraintes des agences régulatrices nationales.

Le Dr John Nkengasong, directeur des CDC africains, a déclaré lors de la conférence que la stratégie de fabrication est un défi majeur pour le continent.

« Mais nous savons aussi très bien qu’une marche de mille kilomètres commence par un seul pas », a-t-il dit.

Leave A Reply

Your email address will not be published.