POINT DE VUE

POINT DE VUE

Personnel de l’état-major unifié des États-Unis pour l’Afrique

À une certaine époque, un commandant militaire pouvait déclarer confortablement : « Je ne suis pas informaticien », ou « Je n’utilise pas vraiment l’Internet ».

Cette attitude n’est plus une option.

Être un professionnel de la sécurité aujourd’hui, cela veut dire faire face aux menaces qui se cachent dans le cyberespace. Les adversaires étrangers peuvent attaquer les systèmes d’armement, mettre la vie des soldats en danger et créer le chaos sur les réseaux des chemins de fer, de la distribution d’eau et de l’électricité.

Connaître les questions cybernétiques, ce n’est pas seulement connaître les menaces. Cela veut dire être confortable pour utiliser les ordinateurs afin d’accéder aux informations et de communiquer. La technologie ne soutient pas seulement la mission de défense moderne, elle est au cœur de cette mission.

Les professionnels de la sécurité essaient partout de mieux travailler. Cela commence par la formation dans les universités nationales et les collèges d’état-major, et cela se poursuit avec une formation en milieu de carrière. Les forces armées doivent faire de la cybersécurité une spécialité distinctive et assurer que tous les soldats aient un niveau minimum de compétence informatique.

Le moment est aussi venu d’examiner le rôle des forces armées dans la protection contre les attaques cybernétiques. Des pays tels que l’Afrique du Sud et le Nigeria créent des commandements cybernétiques et d’autres nations développent des spécialités cybernétiques au sein des structures de commandement existantes. Cela devrait coïncider avec un dialogue national concernant le rôle que les forces armées peuvent et devraient jouer dans la cybersécurité. 

Enfin, les professionnels de la sécurité doivent pratiquer la sensibilisation cybernétique. Les menaces évoluent et les meilleures pratiques de l’hygiène cybernétique doivent aussi évoluer. Toute personne qui ne sait pas comment identifier des attaques par hameçonnage ou éviter un maliciel ou un logiciel de rançon met en danger un réseau complet. Les protocoles de sécurité multi-
niveaux et l’identification des menaces internes sont tout aussi importants.

L’accès à l’Internet augmente plus rapidement en Afrique que partout ailleurs dans le monde. Le continent et ses économies comptent désormais sur l’Internet de haut débit. Les professionnels de la sécurité doivent être prêts à jouer leur rôle pour assurer que le cyberespace reste sécurisé.