Africa Defense Forum

La plupart des régions constatent une recrudescence des infections de Covid-19

0
Reading Time: 3 minutes

PERSONNEL D’ADF

Le Dr Franklin Asiedu-Bekoe, directeur du service de santé du Ghana, a récemment signalé qu’une nouvelle vague d’infections de Covid semble se développer dans le pays. Ce phénomène se répète dans de nombreuses régions africaines.

Selon les Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC africains), le nombre d’infections augmente dans toutes les régions du continent à l’exception de l’Afrique australe, où une baisse dramatique s’est produite en Afrique du Sud à la suite de la cinquième vague de courte durée.

Alors que l’Afrique du Sud indiquait que sa plus récente vague était due aux souches BA.4 et BA.5 du variant Omicron, les facteurs qui suscitent les nouvelles vagues dans les autres pays demeurent incertains. En Europe et dans certaines régions d’Amérique du Nord, les vagues récentes ont été dues à la souche BA.2 d’Omicron.

À la fin mai, le Dr Ahmed Ogwell, directeur intérimaire des CDC africains, a signalé que seize pays avaient constaté la présence de BA.2 dans leur population.

Il a indiqué que les infections ont augmenté pendant le mois de mai de 90 % en Afrique de l’Est, 36 % en Afrique du Nord, 35 % en Afrique de l’Ouest et 12 % en Afrique centrale. Dans cette même période, les décès ont augmenté de 5 %.

« Ceci montre que le virus n’a pas été complètement éliminé du système », déclare le Dr Asiedu-Bekoe sur le site d’actualités myjoyonline.com.

Cette vague de Covid coïncide avec une épidémie de grippe au Ghana, a-t-il ajouté. De ce fait, beaucoup de gens toussent et éternuent.

« La plupart des résultats de dépistage indiquent H3N2 (la grippe) ou Covid-19. »

Des rapports émis récemment par les hôpitaux d’Amérique du Nord précisent que les infections de Covid ont changé le comportement des virus de la grippe et des rhinovirus qui provoquent le rhume. Entre autres, Covid semble reporter à une date ultérieure les épidémies saisonnières de grippe pendant l’année.

De l’autre côté du continent, l’Ouganda est sujet à une hausse de cas positifs de Covid semblable à celle du Ghana.

Jane Ruth Aceng, ministre ougandaise de la Santé, a déclaré que l’augmentation est similaire à la hausse que le pays avait constatée pendant l’épidémie du variant Delta en juin 2021. Dans les premières semaines de juin 2022, le pays a enregistré environ 41.000 cas positifs de Covid par jour en moyenne, avec 150 hospitalisations et aucun décès, selon l’Institut des métriques et de l’évaluation de la santé (IHME).

« En tant que pays, nous sommes mieux préparés qu’auparavant pour répondre et sauver les vies », a déclaré le Dr Aceng dans un briefing de presse récent. « Nous optimiserons les outils existants de contrôle et d’atténuation aux niveaux personnels et communautaires. »

Elle a dit que les experts de la santé publique recommandent le port du masque, le lavage des mains et les médicaments pour réduire l’impact de la vague d’infections. L’analyse de l’IHME estime que 93 % des Ougandais ont été infectés par Covid et ont donc un certain degré d’immunité.

Selon les CDC africains, le nombre de nouveaux cas positifs de Covid en Éthiopie a plus que doublé pendant le mois de mai. Le pays est sujet à près de 600 nouveaux cas positifs par jour en moyenne, ce qui est environ 14 % du total atteint au point culminant signalé le 20 décembre 2021, selon Reuters.

Le pays voisin du Kenya a constaté une hausse de nouveaux cas de 70 % en mai, selon les CDC africains.

Alors même que le nombre de cas augmente, il est bien inférieur au point culminant associé à la première vague d’Omicron qui a déferlé dans de nombreux pays à la fin décembre 2021 et au début janvier 2022. Les 215 cas positifs quotidiens du Kenya représentent environ 10 % du nombre de cas enregistré au point culminant de la première vague d’Omicron au début janvier.

En Afrique du Sud, une récente étude de donations de sang montre que 98 % de la population possède un certain degré d’immunité au Covid. Les experts de la santé publique disent que cette immunité généralisée est responsable pour réduire l’impact d’ensemble de la plus récente vague d’infections.

Lors d’un briefing de presse récent, le Dr Ogwell a déclaré que la question de savoir si les pays tels que le Kenya ont atteint des niveaux similaires d’immunité grégaire demeure incertaine. Il a dit qu’une plus grande exposition à Covid, par infection naturelle ou intervention clinique, sera nécessaire pour atteindre ce degré d’immunité.

Leave A Reply

Your email address will not be published.