Africa Defense Forum

La vague d’Omicron monte et descend plus vite que les vagues précédentes

Reading Time: 3 minutes

PERSONNEL D’ADF

Le variant Omicron qui a frappé l’Afrique en décembre semble avoir régressé presque aussi rapidement qu’il était apparu en Afrique du Sud, mais les responsables de la santé publique avertissent que les autres pays pourraient ne pas avoir les mêmes résultats.

Le Dr John Nkengasong, directeur des Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies, a déclaré récemment lors d’un briefing de presse : « Ce sont simplement des données provenant d’un seul pays. Avec la plus forte propagation d’Omicron sur le continent, nous ne savons pas à quoi ressemblera la solution. Nous devons donc interpréter cela avec soin. »

Depuis qu’Omicron a été découvert au Botswana à la fin novembre, 22 pays africains l’ont signalé. Alors que la vague d’Omicron a commencé en Afrique australe, elle s’est maintenant propagée dans d’autres régions du continent. Le Burkina Faso, le Kenya et le Maroc viennent de la signaler.

« Omicron se propage très rapidement », déclare le Dr Nkengasong.

Avec une période d’incubation de deux ou trois jours, Omicron se propage beaucoup plus vite que le variant Delta, mais il provoque des infections moins graves. L’Institut national pour les maladies contagieuses d’Afrique du Sud signale que les gens infectés par Omicron ont une probabilité d’hospitalisation 80 % plus faible que pour les autres variants. La vague d’Omicron d’Afrique du Sud a nécessité environ trois semaines pour atteindre son point culminant, comparé à six semaines ou plus pour les vagues précédentes.

Néanmoins, le variant Omicron a aidé à augmenter le nombre de nouveaux cas positifs de Covid-19 en Afrique de 21 % dans la semaine prenant fin le 22 décembre. Plus de la moitié de ces 253.000 nouveaux cas étaient en Afrique du Sud. Pendant cette même semaine, les décès ont augmenté de 14 %.

Une petite étude conduite par des chercheurs sud-africains suggère qu’Omicron, qui représentait 90 % des nouvelles infections dans ce pays, pourrait devenir la souche prédominante dans le monde, au lieu de Delta. Selon l’étude, il semble que l’immunité due à Omicron pourrait protéger les personnes contre les infections de Delta.

Les 50 mutations d’Omicron l’aident à contourner les défenses du corps. Les personnes possédant une immunité ont des symptômes moins graves que celles sans immunité. Toutefois, celles qui ont développé une immunité naturelle au Covid-19 plus tôt au cours de la pandémie semblent avoir moins de protection contre Omicron, selon des recherches conduites en Afrique du Sud.

Plus de 70 % de la population d’Afrique du Sud a une certaine immunité contre le Covid. C’est une raison pour laquelle le Dr Nkengasong et les autres experts déclarent que l’expérience du pays avec Omicron pourrait être différente de celle des autres pays où les niveaux d’exposition sont moins élevés.

« La santé publique est locale », déclare le Dr Nkengasong.

Alors même que le nombre de cas positifs d’Omicron est en baisse dans la province sud-africaine du Gauteng, il est en hausse dans d’autres régions du pays car les gens voyagent. Les taux de positivité sont supérieurs à 30 %, a déclaré le Dr Angelique Coetzee, présidente de l’Association médicale d’Afrique du Sud, à CNN.

Le Dr Coetzee signale que près de 500 personnes se trouvent dans des unités de soins intensifs en Afrique du Sud, et environ la moitié d’entre eux nécessitent un respirateur. Elle ajoute toutefois que ce ne sont pas exclusivement des cas d’Omicron.

Le Maroc, qui a pris des mesures agressives pour empêcher la propagation du Covid-19, a signalé seulement 28 cas d’Omicron entre le 15 et le 22 décembre. Environ 20 % de ces cas concernent des enfants de moins de 14 ans. Le ministère de la Santé examine 46 autres cas soupçonnés d’être liés à Omicron.

Pendant le mois de décembre, le nombre de nouveaux cas positifs de Covid au Maroc a presque doublé pour passer à 381, ce qui a poussé le gouvernement à exhorter les habitants à pratiquer les mesures préventives telles que le port du masque, le lavage des mains et la distanciation physique.

Comme en Afrique du Sud, le taux de test positif du Covid-19 au Kenya est supérieur à 30 % en décembre, chiffre record pour ce pays. Avant l’épidémie d’Omicron, 6,5 % des tests de Covid au Kenya étaient positifs.

Githinji Gitahi, chef d’Amref Health Africa International, a déclaré à Voice of America que de nombreuses personnes infectées par Omicron sont traitées en consultation externe.

« Nous ne constatons pas beaucoup d’hospitalisations, de nécessité d’oxygène, d’ICU-HDU [unités de soins intensifs], comparé à ce que nous aurions anticipé », a déclaré le Dr Gitahi. Les raisons incluent l’immunité naturelle et l’impact généralement faible de la souche Omicron, a-t-il ajouté.

Leave A Reply

Your email address will not be published.