Africa Defense Forum

Le FMI va injecter de l’argent liquide dans les économies africaines pour compenser l’impact du Covid-19

Reading Time: 2 minutes

PERSONNEL D’ADF

Les pays africains vont obtenir une stimulation économique pour les aider à surmonter les contraintes financières créées par le Covid-19, selon un projet lancé récemment par le Fonds monétaire international (FMI).

Le FMI a annoncé la création d’un fonds de droits de tirage spéciaux (DTS) d’un montant record de 650 milliards de dollars. Il est conçu pour aider les pays à couvrir leurs frais d’importation des médicaments, du carburant, de la nourriture et autres articles nécessaires sans accroître leur fardeau d’endettement.

Les pays africains partageront des DTS à hauteur de 33,6 milliards de dollars, selon la taille de leurs contributions au FMI.

Que sont les droits de tirage spéciaux ?

Les DTS ne sont pas une devise. Ils ressemblent plus à des coupons que les pays peuvent échanger contre l’une des cinq devises mondiales détenues en réserve par le FMI : le dollar américain, l’euro, le yen, le yuan et la livre britannique. Le taux d’échange actuel est 1 DTS pour 1,416 dollar.

Le système des DTS est une méthode rarement utilisée pour injecter de l’argent liquide dans le système financier mondial. Il a été utilisé le plus récemment en 2009 en réponse à la crise financière mondiale. À l’époque, le FMI avait affecté 250 milliards de dollars aux DTS.

Selon le nouveau plan, l’Afrique du Sud a droit à la plus importante tranche du continent, soit 4,2 milliards en DTS (près de 6 milliards de dollars). Les quatre autres économies les plus importantes du continent (Nigeria, Égypte, Algérie et Maroc) se partageront 10 milliards en DTS, et le restant sera attribué aux autres pays en fonction de leurs contributions au FMI.

Vera Songwe, secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique, a fait appel aux pays aux revenus importants qui n’ont pas besoin de DTS pour qu’ils transfèrent leurs droits aux pays aux revenus faibles de façon à renforcer l’impact économique des DTS.

La reconstruction des économies

Le président sénégalais Macky Sall déclare que l’attribution des DTS aidera les pays africains à améliorer leur réponse au Covid-19, financer la reprise de leur économie après la pandémie, former les jeunes, créer de nouvelles entreprises et réduire leur dette nationale.

Les confinements et autres mesures radicales qui ont accompagné la pandémie au début 2020 ont provoqué une récession mondiale qui a paralysé l’économie et laissé les pays sombrer dans l’endettement. Pendant près de deux ans, les pays du continent ont eu des difficultés pour protéger leurs habitants contre la pandémie tout en gérant leurs obligations financières. Dans de nombreux cas, l’allègement des dettes qu’ils ont reçu l’an dernier a pris fin, ce qui les a forcés à recommencer à rembourser ces dettes.

Le système des DTS aidera les pays à satisfaire aux nécessités de base de leurs habitants sans alourdir leur fardeau d’endettement.

En utilisant les DTS, les pays africains peuvent remédier à certains dommages provoqués par la pandémie. L’économie du continent a ralenti de près de 2 % en 2020. Bien que la croissance économique soit de 3,2 % en 2021, c’est seulement la moitié du taux de croissance enregistré par le reste du monde.

L’économiste kényan Ken Gichinga suggère aux pays de tirer profit de leurs DTS en se concentrant sur les petites entreprises, qui peuvent rapidement créer des emplois et stimuler la croissance économique.

Gichinga, économiste en chef de Mentoria Economics, a déclaré à News Central TV du Nigeria : « La plupart des pays sont toujours en plein milieu de la pandémie. À moyen terme, [la question] suivante doit se poser : “quand est-ce que ces pays vont finalement rouvrir leur économie ?” »

Leave A Reply

Your email address will not be published.