Africa Defense Forum

L’OMS documente les enseignements tirés de la campagne de vaccination de Covid-19 en Afrique

Reading Time: 3 minutes

PERSONNEL D’ADF

Dans toute l’Afrique, les pays conçoivent d’uniques stratégies de vaccination afin de satisfaire à leurs besoins.

L’Angola possède 21 centres de vaccination en masse contre le Covid-19 dans toutes ses 18 provinces ; chaque centre est capable de vacciner 5.000 personnes par jour.

Le Rwanda a amélioré son infrastructure pour perfectionner sa capacité de préservation des vaccins du Covid-19 qui doivent être stockés à très basse température.

Le Ghana a reçu des applaudissements pour ses efforts de sensibilisation et de communication avec le public, qui s’accompagnent d’empathie et de clarté.

Ces accomplissements seront soulignés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui développe une base de données pour documenter les leçons clés que les pays africains ont apprises avec leur campagne de vaccination contre le Covid-19.

L’équipe du Vaccines Learning Agenda (programme d’enseignement sur les vaccins) de l’OMS développe aussi des études de cas sur un éventail d’expériences de vaccination positives en soulignant les pays qui ont surmonté des défis. En date du début juillet, huit pays africains avaient partagé leurs expériences et leurs meilleures pratiques dans des webinaires.

Chanda Chikwanda, chef de l’équipe du Learning Agenda, a déclaré sur ReliefWeb : « Alors que l’Afrique se prépare à la vague suivante de livraisons de vaccin du Covid-19, les outils et les échanges du programme d’enseignement aideront les pays à partager ce qui fonctionne et pourquoi cela fonctionne, ainsi qu’à documenter les leçons cruciales pour l’avenir. Nous exhortons tous les ministères africains de la santé à partager leurs expériences, positives ou négatives, dans le but final de sauver la vie d’un plus grand nombre d’Africains. »

En date de la mi-juillet, l’Angola avait administré 1,51 million de doses et vacciné complètement 562.000 personnes, soit 1,8 % de sa population, selon Our World in Data, organisme qui recueille les informations internationales de vaccination de Covid-19.

« Avec un bon leadership et une bonne coordination, les centres fonctionnent sans à-coups et nous pouvons nous assurer qu’il suffit de 20 minutes entre le moment où les gens entrent et le moment où ils se reposent » après avoir été vaccinés, a déclaré le Dr Silvia Lutucuta, ministre de la Santé de l’Angola, dans une vidéo de l’OMS.

Jenusa Abel travaille comme conseillère dans l’un des centres, en allégeant souvent les craintes des gens préoccupés par l’injection.

« Je me sens super bien ; c’est ce que j’aime faire, a dit Mme Abel dans la vidéo. Ce n’est pas seulement transférer les informations, c’est parler et expliquer. Le travail que je fais est important parce que les gens doivent partir d’ici en étant bien informés. »

Le Dr Djamila Cabral, représentante de l’OMS en Angola, déclare que les capacités des centres, notamment l’inscription électronique, la capacité de stockage avec chaîne du froid et la surveillance sécuritaire, sont les raisons pour lesquelles l’Angola a été l’un des premiers pays africains à recevoir le vaccin du Covid-19.

« L’engagement et la capacité de préparation étaient exemplaires », déclare le Dr Cabral dans la vidéo de l’OMS.

En plus d’améliorer son infrastructure, le Rwanda a utilisé l’outil OMS d’évaluation de pays pour la préparation au vaccin en vue de guider et surveiller les préparatifs de vaccination. Son programme de vaccination de Covid-19 a été élaboré à partir des enseignements tirés du traitement des maladies précédentes, selon le Dr Sabin Nsanzimana, directeur général du Centre biomédical du Rwanda.

« Nous l’avons connecté au système [existant], ce qui a été plus facile et plus rapide, et nous avions les moyens de stocker les vaccins qui exigeaient des conditions spéciales, y compris ceux de la lutte contre l’Ebola, déclare le Dr Nsanzimana sur le site web de l’OMS. Nous avions des équipes qui avaient été formées pour déployer les vaccins au niveau central, de district et de communauté. »

Les responsables de la santé publique du Ghana et le président Nana Akufo-Addo ont été applaudi de façon précoce pour une liste complète de mesures proactives prises juste au moment où le virus mortel prenait racine sur le continent.

Ce pays de plus de 32 millions d’habitants a entrepris un programme de recherche des contacts dès que les deux premiers cas positifs de Covid-19 furent détectés en mars 2020. Au cours des quatre mois suivants, le gouvernement a émis un total de 21 directives sur la santé publique, les mesures de réponse socioéconomiques et le système de santé, selon l’échéancier de la Brookings Institution.

Darren Lilleker, professeur de communication à l’université Bournemouth, écrit pour The Conversation : « M. Akufo-Addo a pris responsabilité pour la politique du coronavirus et a expliqué avec soin chaque mesure requise, en décrivant honnêtement les défis affrontés par le pays. Ses simples démonstrations d’empathie lui ont fait gagner des éloges dans son pays et aussi dans le monde entier. »

Le Ghana est aussi l’un des premiers pays du monde à avoir utilisé des drones pour livrer le vaccin du Covid-19.

La base de données de l’OMS documentera aussi les défis que les pays africains ont affrontés, notamment la perturbation des immunisations de routine, la réticence de la part de certains agents de santé pour se faire vacciner et l’identification des populations à vacciner en priorité.

Leave A Reply

Your email address will not be published.