LES PAYS D’AFRIQUE DE L’OUEST SONT DES CONCURRENTS DU RIZ

LES PAYS D’AFRIQUE DE L’OUEST SONT DES CONCURRENTS DU RIZ

AGENCE FRANCE-PRESSE

Au Nigeria, le riz wolof n’est pas seulement un plat savoureux, c’est une obsession nationale. Des douzaines parmi les meilleurs chefs de cuisine nigérians se sont réunis à l’occasion du festival inaugural du wolof à Lagos en août 2017 pour présenter leur version personnelle de ce riz piquant, riche en tomate, à une foule de centaines de gastronomes affamés.

Imoteda Aladekomo, chef de 31 ans qui prépare le wolof depuis quatre ans, a montré la voie en réinventant le plat national et en créant plusieurs variations avec son entreprise, Eko Street Eats.

« C’est très populaire parce que c’est facile à personnaliser », déclare-t-elle en préparant des boîtes à emporter à la foire du wolof. « Le riz est vraiment facile à obtenir ici, tandis que d’autres ingrédients ne le sont pas. Chaque fête doit avoir du riz wolof, et tous les dimanches les gens en mangent : ils en pensent toute la semaine. »

L’origine de ce plat d’Afrique de l’Ouest, typique et apparemment tout simple, est âprement disputée.

Le riz wolof est lié à la langue wolof que l’on parle au Sénégal, où le plat est aussi populaire. Des variations de la recette sont appréciées dans toute l’Afrique occidentale.

« Une grande bataille est livrée au sujet de son origine, déclare le chef Mo Alatise. J’ai goûté le wolof du Sénégal, et il n’était pas excellent. Je pense que le nôtre est le meilleur, mais je suis un peu partial. »

Les « guerres du wolof » ont atteint leur paroxysme en 2016 lorsque la chanteuse ghanéenne Sister Deborah a composé une chanson intitulée Ghana Jollof qui accusait la recette nigériane d’avoir un « drôle de goût ».

En laissant de côté les controverses, Ozoz Sokoh, organisatrice de la foire, déclare que l’affection universelle pour ce plat aide à unir la diaspora nigériane et les gens du monde entier qui ont des racines en Afrique de l’Ouest.

« Il rapproche beaucoup de pays, déclare-t-elle. Non seulement en Afrique de l’Ouest, mais aussi dans les pays où les esclaves sont allés, comme le Sud des États-Unis et certaines régions du Mexique. »

Bien que les services de livraison de nourriture offrant des plats internationaux tels que le sushi et la pizza soient en plein essor dans les grandes villes du Nigeria, le wolof a conservé une place spéciale dans le cœur de l’énorme population de jeunes du pays.

« La plupart des jeunes comme nous oublient leur nourriture traditionnelle », déclare Jane Ibitola, conseillère financière de 32 ans dans la ville pétrolière de Port Harcourt au Sud du pays. « Mais chaque fois que vous vous en éloignez, vous l’appréciez à nouveau. »

(0)(0)