LE KENYA VA ROUVRIR SA FRONTIÈRE AVEC LA SOMALIE

LE KENYA VA ROUVRIR SA FRONTIÈRE AVEC LA SOMALIE

VOICE OF AMERICA

Le gouvernement kényan déclare qu’il ouvrira la frontière avec la Somalie pour stimuler le commerce et permettre aux gens de se déplacer entre les deux pays. Le président kényan Uhuru Kenyatta a aussi promis d’aider la Somalie à lutter contre les militants d’al-Shebab et de soutenir et de former les fonctionnaires. Ses remarques ont été faites à la suite de sa réunion en mars 2017 à Nairobi avec le président somalien Abdullahi Mohamed.

Les frontières sont restées fermées pendant ces 25 dernières années, depuis que la Somalie avait sombré dans une période de conflit. Toutefois, les gens qui vivent dans la région frontalière et les réfugiés ont trouvé des moyens d’entrer au Kenya. M. Kenyatta a déclaré que les pays commenceraient par ouvrir deux postes-frontières à Dobley-Liboi et Mandera-Bula Hawa.

« Une coopération économique étroite entre le Kenya et la Somalie non seulement aidera à améliorer la vie de nos millions de citoyens, mais améliorera aussi la situation sécuritaire en Afrique orientale », a déclaré M. Mohamed. « Par conséquent, mon gouvernement est prêt à travailler très étroitement avec le vôtre pour assurer une pleine coopération économique entre nos deux nations. »

Le Kenya a aussi convenu de former 500 hommes et femmes de Somalie dans divers secteurs économiques, notamment l’enseignement, les soins infirmiers et l’administration, pour stimuler la reprise dans leur pays.

Le Kenya avait prévu de fermer Dadaab, le plus grand camp de réfugiés du monde, à la fin mai 2017, mais M. Kenyatta, qui d’après certains aurait pu changer d’avis, déclare que son gouvernement construira un institut de formation dans ce camp pour l’éducation des diplômés du secondaire.

« Le Kenya établira un institut de formation technique pour les jeunes résidant actuellement dans les camps de réfugiés et dans les environs de Dadaab. Je crois que cela aidera beaucoup ces jeunes hommes et femmes pour leur donner les compétences dont ils auront besoin pour le développement et la croissance de la Somalie », déclare M. Kenyatta.

(0)(0)