LA TANZANIE MET LE « DÉMON » DU BRACONNAGE SOUS LES VERROUS

LA TANZANIE MET LE « DÉMON » DU BRACONNAGE SOUS LES VERROUS

AGENCE FRANCE-PRESSE

La Tanzanie a condamné son braconnier le plus notoire, surnommé « le démon », à 12 ans de prison pour avoir dirigé un réseau de trafic d’ivoire actif dans cinq pays africains.

Boniface Matthew Maliango, âgé de 47 ans, a été arrêté à Dar es Salam en septembre 2015 après une traque d’un an.

La Ligue d’action pour les éléphants, qui combat les crimes contre la faune sauvage, a déclaré que M. Maliango serait responsable de la mort de milliers d’éléphants en tant que chef de 15 syndicats de braconnage actifs au Burundi, au Kenya méridional, en Mozambique, en Tanzanie et en Zambie.

Il est aussi accusé d’avoir dirigé un réseau de braconnage qui était le fournisseur de Yang Fenglan, Chinoise de 66 ans appelée la « Reine de l’ivoire ». Elle avait été jugée en Tanzanie pour le trafic illégal de 706 défenses d’éléphant entre 2000 et 2014.

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, le nombre d’éléphants africains a baissé d’environ 111.000 au cours des dix dernières années. Il en reste seulement 415.000 dans le continent. Cette tuerie ne donne aucun signe de déclin, et chaque année environ 30.000 éléphants sont massacrés pour leur ivoire.

La Tanzanie, qui possède l’une des plus grandes populations d’éléphants du continent, est l’un des pays les plus touchés. Un recensement récent indique une chute de 60 pour cent du nombre d’éléphants dans le pays entre 2009 et 2014.

(0)(0)