DES TRAINS AMÈNENT LES SOINS MÉDICAUX À LA POPULATION PAUVRE D’AFRIQUE DU SUD

DES TRAINS AMÈNENT LES SOINS MÉDICAUX À LA POPULATION PAUVRE D’AFRIQUE DU SUD

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le train Phelophepa d’Afrique du Sud attire une foule où qu’il aille. Le son de cette clinique sur rails, train lourd de 19 wagons qui sillonne le pays, signale l’arrivée des soins médicaux gratuits, qui sont indispensables pour des milliers de Sudafricains.

Dans une gare de Pienaarsrivier, ville de la province sudafricaine du Limpopo, des douzaines de patients âgés et de femmes avec des enfants au bras sont arrivés pour bénéficier du service.

« Nous sommes vraiment heureuses. J’ai reçu deux paires de lunettes et maintenant je vais voir le médecin pour un examen », déclare Janette Rakgetse, femme de 60 ans originaire de Hammanskraal. « J’ai économisé beaucoup d’argent. Nous sommes venues à 5 heures du matin pour éviter la file. Nous sommes un groupe de grand-mères qui se sont organisées pour venir ici. »

La clinique ferroviaire est restée deux semaines près de la jolie station de briques rouges de Pienaarsrivier, à 55 kilomètres au Nord de la capitale de Pretoria, avant de faire un trajet de 500 kilomètres pour se rendre à Ladysmith à l’Est du pays. Elle offre des services de généraliste et de dentiste, des services psychologiques, une pharmacie bien équipée et une clinique ophtalmologique.

Des étudiants de dernière année de médecine des universités d’Afrique du Sud traitent jusqu’à 400 patients par jour dans le train, qui est géré par Transnet, exploitant logistique ferroviaire d’état. Les étudiants travaillent avec une équipe permanente et passent en général deux semaines à bord avant d’échanger leur place avec un nouveau groupe d’internes.

« Nous aidons les gens à voir – ils peuvent ensuite circuler librement. Le train donne aux gens de l’espoir », déclare l’opticien stagiaire de quatrième année Percy Makgwane, 22 ans, étudiant de l’Université du Limpopo. « J’aimerais beaucoup travailler ici en permanence ».

En 2014, Transnet agrandit le premier train Phelophepa, qui avait commencé comme rame modeste de trois wagons en 1994. Son nom veut dire « Bonne santé propre » dans les dialectes tswana et sotho d’Afrique du Sud. Depuis lors, un deuxième train a été ajouté.

Depuis leur lancement, plus de 24 millions de patients ont été traités par ces services, appelés « trains de l’espoir ». C’est la clinique mobile la plus grande du monde. Les patients doivent en général payer 30 rand (2,30 $) pour des lunettes, 10 rand pour un rendez-vous de dentiste et 5 rand pour des médicaments sur ordonnance.

À tout moment, chaque train a 22 employés permanents, 16 agents de sécurité et environ 40 étudiants à bord. Les deux trains sillonnent le pays pendant neuf mois par an pour atteindre quelques-unes des communautés les plus négligées d’Afrique du Sud.

(0)(0)