L’ENGOUEMENT POUR LES POKÉMON AGITE LAGOS

L’ENGOUEMENT POUR LES POKÉMON AGITE LAGOS

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le jeu mobile populaire Pokémon Go de Nintendo est peut-être idéal dans les quartiers arborés et les parcs publics, mais à Lagos, au Nigeria, nombreux sont les résidents qui bravent le chaos de cette grande ville animée pour y jouer.

« Ici, c’est comme Mad Max », déclare Timi Ajiboye, un développeur de logiciels âgé de 23 ans. « Il faut être alerte, sinon quelqu’un sera blessé. »

« Parfois, il est dangereux de sortir votre téléphone », ajoute Tade, le petit frère de M. Ajiboye. « Si vous le faites, les voleurs s’abattront sur vous comme des mouches. » Pourtant, le Nigeria présente des avantages pour les joueurs.

« Il y a beaucoup de Pokémon rares ici parce que le pays est marginal », déclare l’étudiant en génie électrique de 19 ans de l’Université de Lagos. « Heureusement pour moi, je vis ici. »

Basé sur le jeu de cartes japonais populaire, Pokémon Go utilise la fonction GPS des téléphones portables pour permettre aux joueurs de chercher, de capturer et de former les créatures numériques qu’ils trouvent dans des lieux du monde réel. Le campus de la vaste Université de Lagos offre une couverture de réseau mobile assez large et une sécurité relative, transformant rapidement le site en terrain fertile pour les « entraîneurs » en herbe de Pokémon.

Néanmoins, les problèmes de réception entravent souvent la progression des joueurs.

« Je suis sur EDGE [réseau de téléphone portable] », grogne Tobi Akinnubi, étudiant en génie chimique de 19 ans, en marchant dans le campus. « On ne peut rien faire. »

Bientôt la réception s’améliore et Timi s’arrête précipitamment sur le trottoir et se concentre sur le milieu d’une rue animée à quatre voies, pleine de minibus jaunes débordant d’étudiants, qui klaxonnent à tout va.

Là où d’autres voient une haie, Timi voit un trésor et il zigzague au milieu de la circulation vers le terre-plein central, penché sur son téléphone. Quelques secondes plus tard, il lève les mains au-dessus de la tête en signe de victoire : il vient d’attraper un Goldeen poissonneux et un Raticate aux dents en avant.

Il s’agit sans doute tout simplement de problèmes de croissance car l’industrie des télécommunications du Nigeria est florissante, les smartphones deviennent moins chers et les services de données sont en pleine expansion.

Cependant, les inquiétudes liées à l’insécurité signifient que les Nigérians devront renoncer à beaucoup de Pokémon rares dans les zones à forte criminalité. Les enjeux sont tout simplement trop élevés, déclare Olajide, étudiant de français de 20 ans.

« Ils vous voleront, et voleront vos Pokémon ! »

(0)(0)