UNE RAISON DE SOURIRE POUR WEST POINT AU LIBERIA

UNE RAISON DE SOURIRE POUR WEST POINT AU LIBERIA

PERSONNEL D’ADF

Il y a seulement quatre ans, West Point au Liberia titubait sous l’attaque de la pire épidémie d’Ebola dans l’histoire de l’Afrique de l’Ouest. Alors que la communauté internationale combattait le virus féroce, les Forces armées du Liberia mettaient en application une quarantaine qui exaspérait les résidents de cette communauté tentaculaire de 75.000 personnes.

West Point a été formée dans les années 1940 dans la capitale de Monrovia lorsque des ouvriers ont fait des dragages et ont bâti le premier port de commerce du pays. West Point s’est étendue à mesure que la guerre et la migration poussaient davantage de gens vers la capitale.

L’Ebola en tant que menace immédiate des résidents de West Point a reculé depuis longtemps, mais la communauté pauvre a toujours beaucoup de problèmes tels que la surpopulation, la criminalité, le manque d’infrastructure et le service électrique sporadique.

Un développement récent est sur le point de fournir un service vital à certains résidents de la communauté. Quatre organismes locaux : Alternative to Violence Project-Liberia Student Initiative, Rescue Women, Peaceful United Lutheran Church et Rural Integrated Center for Community Empowerment, ont présenté et installé un système de filtrage d’eau BioSand pour purifier l’eau potable à West Point.

Philip S. Quoqui du Alternative to Violence Project a déclaré au journal New Democrat du Liberia en janvier 2018 que Friendly Water for the World, organisme basé aux USA, avait formé plusieurs douzaines de Libériens sur la façon de fabriquer et d’installer les filtres BioSand.

Ces filtres sont encastrés dans du béton et ont environ 1 mètre de hauteur. L’eau traverse des couches de sable et de gravier pour éliminer les bactéries, virus, amibes et autres contaminants.

« Nous devons être en alerte car il y a tellement de maladies transmises par l’eau, déclare-t-il. On dit qu’il y a des maladies de tout type dans notre pays, et certaines sont liées à des [causes] hydriques. »

(0)(0)